null Les 5 questions les plus fréquemment posées sur le coronavirus

Les 5 questions les plus fréquemment posées sur le coronavirus

- Bonne forme physique | Corona

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médecine du travail

Envoyez-nous vos questions à l’adresse corona@idewe.be

Depuis le début de la pandémie, nous centralisons vos questions liées au coronavirus à l’adresse e-mail corona@idewe.be. Vous trouverez ci-dessous les questions les plus fréquemment posées accompagnées des réponses de nos experts.

1. Est-il utile de contrôler la température corporelle des travailleurs ?

Het uitvoeren van een temperatuurcontrole op de werkplaats komt echter in conflict met de privacy van de werknemer.

Il est demandé à de nombreux travailleurs du secteur des soins de santé de mesurer leur température deux fois par jour, parce qu’ils sont potentiellement exposés à des patients COVID-19 sur leur lieu de travail. Les médecins demandent également à leurs patients qui ont été en contact étroit avec une personne testée positive de contrôler leur température et l’apparition d’éventuels symptômes pendant au moins 14 jours. Le travailleur contrôle dès lors lui-même sa température.

Mesurer la température d’un travailleur sur son lieu de travail constitue toutefois une violation de sa vie privée. La transparence et l’acceptation d’une telle politique sont un prérequis important pour justifier cette démarche. Cependant, il est interdit à l’employeur d’effectuer des tests réservés aux professions médicales reconnues.

En outre, la fiabilité de ces contrôles doit être remise en question. Par exemple, la pratique d’une activité physique avant le contrôle peut induire un faux positif. Par ailleurs, la prise de médicaments antipyrétiques peut entraîner un faux négatif.

C’est pourquoi le respect des mesures de prévention doit être la priorité des employeurs. Les travailleurs qui ne se sentent pas bien en se levant le matin ou qui présentent des symptômes du COVID-19 ne sont pas censés se rendre sur leur lieu de travail. Le respect des autres mesures telles que la distanciation sociale, l’hygiène des mains, l’hygiène en cas de toux et d’éternuement et l’hygiène de l’environnement est également important pour endiguer la propagation du virus sur le lieu de travail.

IDEWE déconseille dès lors de prendre la température des travailleurs qui se rendent sur leur lieu de travail. Veillez à adopter une bonne politique de prévention et empêchez autant que possible les travailleurs malades de se présenter sur leur lieu de travail.

2. Comment nettoyer et désinfecter le lieu de travail ?

Het gewoon schoonmaken met water en zeep van de werkplaats, vormt de belangrijke eerste stap.

Pour commencer, il est important de nettoyer le lieu de travail avec de l’eau et du savon. Le plan de nettoyage existant peut être étendu en accordant quotidiennement une attention particulière aux surfaces qui sont fréquemment touchées par différentes personnes. Pensez aux poignées de porte, aux boutons de commande d’un ascenseur, aux rampes d’escalier, aux interrupteurs, etc.

En ce qui concerne les sanitaires sur le lieu de travail, il faut accorder une attention toute particulière aux poignées de portes qui donnent accès aux sanitaires, au robinet du lave-mains, au robinet et aux zones de contact de la porte de la douche, au loquet et aux chasses d’eau des toilettes individuelles.

Adaptez la fréquence de nettoyage au nombre de personnes susceptibles d’utiliser ces équipements. Il est également nécessaire d’assurer une aération naturelle de toutes ces pièces.

Si vous souhaitez désinfecter plus en profondeur, ou si vous avez appris qu’un travailleur qui a récemment fréquenté les locaux est tombé malade, misez alors sur la désinfection des surfaces fréquemment touchées. Dans ce cas, n’oubliez pas que la désinfection suit toujours un nettoyage avec de l’eau et du détergent ou un nettoyage à sec avec, par exemple, un chiffon propre en microfibres.

Afin de désinfecter convenablement, choisissez toujours un produit désinfectant qui satisfait à certaines conditions de base.

  1. Il doit être efficace contre le nouveau coronavirus.

  2. Il doit avoir un temps de contact suffisant pour agir contre le nouveau coronavirus.

  3. La désinfection doit s’effectuer en toute sécurité. Il est donc préférable de laisser votre conseiller en prévention analyser le produit désinfectant.

  4. Vous devez être en mesure de suivre correctement les instructions d’utilisation du fabricant.

  5. La désinfection doit s’effectuer sans risque et doit être adaptée aux activités du lieu de travail.

Vous pouvez opter pour des produits prêts à l’emploi. Des dilutions de chlore et d’eau de Javel sont également recommandées par les organismes officiels. Dans ce cas, respectez les instructions concernant les proportions ou les dilutions correctes.

Les téléphones partagés, les claviers, etc. ne sont souvent pas adaptés au nettoyage humide et à la désinfection. Il est parfois envisageable de fournir des housses ou des couvertures résistant à l’humidité afin de rendre cette opération possible.

Toutefois, le conseil le plus important est de ne manipuler ces appareils qu’après s’être soigneusement lavé les mains. L’utilisation d’un chiffon propre en microfibres peut garantir le nettoyage à sec de ces appareils.

3. Comment gérer un cas positif de COVID-19 parmi vos travailleurs ?

Si l’un de vos collaborateurs vous informe qu’il a été testé positif au COVID-19, vous devez tout d’abord traiter cette information de manière confidentielle.

Vous pouvez en informer vos travailleurs par la suite au moyen d’une communication écrite, par exemple. Votre médecin du travail IDEWE peut vous fournir un document standard qui peut ensuite être adapté à votre entreprise.

Vous devez consacrer une grande partie de votre communication à l’attention des travailleurs au respect méticuleux des mesures d’hygiène de base. Informez-les qu’ils doivent contrôler leur état de santé pendant au moins 14 jours.

À la suite de cette communication, vous pouvez appliquer nos conseils relatifs au nettoyage et à la désinfection du lieu de travail (voir point 2).

En favorisant autant que possible le télétravail et en appliquant des mesures d’hygiène, comme l’hygiène des mains et le respect des règles de distanciation sociale, vous réduisez dans tous les cas le risque de propagation du virus sur le lieu de travail.

4. Comment IDEWE organise-t-il l’accompagnement psychosocial des clients du secteur des soins et des professions considérées comme essentielles ?

Les collaborateurs qui continuent de se rendre à leur travail ou qui tentent de travailler à la maison en présence de leurs enfants éprouvent à présent davantage de peur et d’insécurité. Ils sont souvent confrontés à un nouveau contenu de travail et à d’autres conditions de vie au travail pouvant être très marquants. Certains sont malades, d’autres sont peut-être même hospitalisés. Les thèmes tels que la peur, le travail flexible, l’insécurité et le suivi des événements marquants seront donc au cœur de notre offre psychosociale au cours de la période à venir.

Les travailleurs dont l’employeur est affilié chez IDEWE ou les travailleurs qui n’ont pas le statut d’employé, mais qui travaillent pour une entreprise affiliée chez IDEWE (en tant qu’indépendants, bénévoles, stagiaires, etc.), peuvent contacter le service clientèle de leur bureau régional d’IDEWE par téléphone entre 9 heures et 17 heures en semaine.

Une équipe composée d’un infirmier du travail, d’un médecin du travail et d’un conseiller en prévention aspects psychosociaux se tient prêt à répondre à vos questions ou vous prêtera une oreille attentive.

Il est important que les prestataires de soins puissent également faire appel à un soutien psychosocial en dehors de ces heures et pendant le week-end. Pour ce faire, il suffit de composer le numéro d’IDEWE Care qu'ils trouveront sur le portail client.

5. Quelle est la différence entre un masque chirurgical et un masque FFP2 ?

mondmasker

Le masque chirurgical empêche principalement la contamination des autres (l’entourage). Le masque FFP2 vous protège quant à lui d’une éventuelle contamination extérieure. 

L’utilisation de masques dans les lieux publics pour faire ses courses, rouler en voiture ou marcher dans la rue est totalement inutile. Le seul endroit où les masques sont efficaces et nécessaires est l’environnement direct de patients devant faire l’objet de soins. 

Téléchargements