null Les masques buccaux, réservés aux patients contaminés et au personnel soignant qui s’en occupe

Les masques buccaux, réservés aux patients contaminés et au personnel soignant qui s’en occupe

- Équipements de protection individuelle | Corona

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médecine du travail

Les masques sont tout aussi inutiles pour M. Tout-le-Monde dans la rue, dans la voiture ou au supermarché que pour les facteurs, les coursiers, etc. dans l’exercice de leurs fonctions

Le seul endroit où les masques buccaux sont efficaces et nécessaires est l’environnement direct de patients devant faire l’objet de soins. « Le port du masque pour faire ses courses, pour voyager en voiture ou pour se promener en rue n’a dès lors aucun sens », indique Hilde Vanacker, médecin du travail et expert en prévention médicale chez IDEWE.

Cet équipement de protection est nécessaire pour protéger le personnel soignant et les patients des gouttelettes porteuses du virus émises lors des soins.

Les masques sont devenus une denrée rare, nous l’avons suffisamment entendu au cours des derniers jours. Dans les hôpitaux et les centres de soins, ils sont même placés sous clé et rationnés. Cette situation génère une inquiétude supplémentaire pour le personnel soignant. Cet équipement de protection est en effet nécessaire pour se protéger et pour protéger les patients des gouttelettes porteuses du virus émises lors des soins.

Le port du masque est uniquement indiqué dans les cas suivants :

  • lorsqu’un prestataire de soins s'occupe d'un patient atteint du coronavirus ;
  • lorsqu’un prestataire de soins présente de légers symptômes d'une infection des voies respiratoires supérieures (toux, éternuements, etc.), en vue de protéger son environnement.

« Il est dès lors déplorable qu’un nombre aussi important de personnes portent de tels masques dans des situations qui n’en requièrent absolument pas l’utilisation », affirme Hilde Vanacker. « Certains portent un masque pour travailler, ou simplement pour aller faire leurs courses ou se promener en rue. Ils éprouvent ainsi un faux sentiment de sécurité. Pour travailler ou rester à la maison, le respect de la distance physique minimum et des mesures d’hygiène édictées par les autorités est néanmoins suffisant : se tenir à au moins 1,5 m des autres, adopter une bonne hygiène en cas de toux et d’éternuement, ne pas serrer la main d’autres personnes et procéder à un lavage régulier et suffisamment long des mains. »

Faux sentiment de sécurité

Pour travailler ou rester à la maison, le respect de la distance physique minimum et des mesures d’hygiène édictées par les autorités est suffisant

« Les gouttelettes de salive contenant le virus se retrouvent dans l'air lorsque l’on parle ou que l'on tousse ou éternue. Ces gouttelettes ne restent pas en suspension dans l’air, mais retombent vers le bas pour finalement souvent se retrouver sur nos mains. Il est dès lors exclu de donner la main aux autres et un lavage fréquent des mains est en outre nécessaire. Dans de telles situations, le port du masque ne constitue pas une protection supplémentaire, bien au contraire ! Les personnes qui portent un masque ne cessent généralement d’y toucher, ce qui permet plus facilement au virus se trouvant éventuellement sur leurs mains à la suite d’un contact avec une porte ou une poignée de se retrouver dans leur bouche. »

« Les seules personnes ayant vraiment besoin d’un masque sont les membres du personnel soignant qui se trouvent à proximité directe de patients pour s’en occuper. En fonction de la situation, ils se protègent en portant soit un masque chirurgical, soit un masque de type FFP2. »

En savoir plus sur l’utilisation de masques.

Soyez informé des dernières mises à jour concernant le coronavirus sur les réseaux sociaux Linkedin et Facebook.