Coup d’envoi précoce pour le rhume des foins cette année

- Environnement de travail sain | Environnement
Eddy Eerdekens

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médicine du travail

Ayez une longueur d’avance sur le pollen

Cette année, la saison du rhume des foins a commencé très tôt. Les personnes allergiques au pollen peuvent par conséquent déjà souffrir des symptômes caractéristiques : nez encombré, sensation de picotement au niveau des yeux, éternuements, problèmes de concentration, etc. Selon Hilde Vanacker, médecin du travail et responsable de la discipline « Prévention médicale » chez IDEWE, ces symptômes sont hélas souvent inévitables. En effet, la seule solution durable en cas d’allergie est d’éviter toute exposition aux allergènes. Or, ce n’est pas évident lorsqu’il s’agit du pollen. Les personnes concernées sont dès lors souvent contraintes de prendre des médicaments antiallergiques.

Les grains de pollen sont microscopiques. Ils contiennent les gamètes mâles des arbres et des fleurs et sont transportés dans l’air. Certains arbres comme le noisetier et l’aulne sont les premiers à fleurir au tout début du printemps. Ils sont donc aussi les premiers à déclencher les allergies. En raison des températures exceptionnellement douces cette année, la pollinisation de ces arbres a commencé très tôt. De plus, les personnes qui travaillent à l’extérieur sont plus rapidement incommodées.

Prise d’antihistaminiques

Hilde Vanacker ajoute qu’il n’existe aucune solution miracle à ce problème. Il est en effet impossible d’éviter le contact avec les grains de pollen présents dans l’air. Le seul remède efficace pour lutter contre les symptômes de la rhinite allergique consiste à entamer un traitement médicamenteux à temps (antihistaminique).

Les médicaments disponibles combattent les effets de l'histamine, c’est-à-dire la substance produite par le corps lors d’une réaction allergique. Avant toute chose, il convient dès lors d’identifier le type de pollen auquel vous êtes allergique. Votre médecin traitant peut effectuer un test cutané ou sanguin à cet effet. Si vous êtes uniquement allergique au pollen des graminées, vous ne présentez probablement encore aucun symptôme. En effet, la floraison des graminées n’a lieu qu’en mai-juin. Si vous savez à quel type de pollen votre corps réagit, vous pouvez vérifier l’état de la situation sur les sites internet de surveillance aérobiologique et entamer votre traitement de manière préventive. Vous devez ensuite poursuivre la prise des médicaments jusqu’à la fin de la période de floraison. Une fois encore, comme dit l’adage, « mieux vaut prévenir que guérir ».

Autres astuces

Vous pouvez tenter d’atténuer les effets du pollen en prenant les précautions suivantes :

  • évitez au maximum d’ouvrir les portes et les fenêtres ;
  • aérez la maison au petit matin, avant que le soleil et la chaleur ne dispersent les grains de pollen dans l’air ;
  • planifiez vos activités extérieures avant 10 heures du matin ;
  • prenez une douche avant d’aller vous coucher et n’oubliez surtout pas de vous laver les cheveux ;
  • passez régulièrement vos animaux de compagnie sous l’eau. En effet, les grains de pollen s’accumulent aussi dans leur pelage ;
  • appliquez de la vaseline autour de votre nez, où pour qu’une partie du pollen viennet s’ye fixer ;
  • portez des lunettes (de soleil) pour protéger vos yeux des grains de pollen ;
  • planifiez vos vacances à la montagne ou à la mer, où l’air contient moins de pollen ;
  • évitez l’exposition à la fumée de cigarette, aux vapeurs de parfum, de laque pour cheveux ou aux gaz d’échappement, qui accentuent les symptômes allergiques.

Sites de surveillance aérobiologique

Depuis 1974, Sciensano est le réseau de surveillance du taux de pollen et de spores fongiques dans l’air. Sur leur site web, ils avertissent les personnes atteintes de rhume des foins de la concentration en allergènes de l’air extérieur, de sorte qu’elles puissent commencer à prendre leur traitement antihistaminique à temps.