Retour L’hydrogène vert dans la zone grise

L’hydrogène vert dans la zone grise

- Sécurité au travail | Agents chimiques | Énergie | Substances dangereuses

Expert Frank Weckx

Segment Manager Industrie et Nettoyage

Les règles spécifiques en matière d’environnement et de sécurité sont en cours d’élaboration

On ne sait pas encore quand l’hydrogène sera utilisé à grande échelle pour des applications grand public. Pour l’instant, nous devons nous contenter de projets moins ambitieux dans ce domaine. Pourtant, ce gaz durable est considéré comme un acteur important de la transition énergétique mondiale. Les entreprises peuvent ainsi mieux se préparer à identifier les éventuels risques pour l’environnement et la sécurité au travail ainsi qu’à prendre des mesures pour les prévenir.

Poids lourds

L’hydrogène est un atome très simple qui se trouve sur notre planète presque exclusivement à l’état lié. Pour l’utiliser, il faut le détacher de l’eau ou des composés hydrocarbonés et cette production nécessite beaucoup d’énergie. L’hydrogène produit est divisé en 3 groupes. 

  • L’hydrogène gris est produit à partir de combustibles fossiles tels que le charbon, le gaz naturel et le pétrole. Le CO2 produit est rejeté dans l’air. Cet hydrogène représente actuellement 95 % de l’offre.
  • L’hydrogène bleu est produit de la même manière que l’hydrogène gris, mais le CO2 est stocké ou utilisé comme matière première. Si l’hydrogène est produit en tant que résidu ou sous-produit dans un autre processus, il est également considéré comme de l’hydrogène bleu.
  • L’hydrogène vert est produit par électrolyse, l’hydrogène étant séparé à l’aide d’électricité renouvelable. C’est la voie à suivre. Le prix de l’hydrogène vert est actuellement encore 3 à 4 fois plus élevé que celui de l’hydrogène gris. 

Industrie

« Étant donné que la production d’hydrogène nécessite beaucoup d’énergie, mais que cette énergie redevient disponible une fois que l’hydrogène libéré se lie aux atomes disponibles dans la nature, nous ne parlons pas d’une source d’énergie mais d’un excellent vecteur d’énergie », explique Erik Willems, coordinateur environnemental du Groupe IDEWE. « L’hydrogène vert est reconverti en électricité pour certaines applications, qui est stockée dans des batteries et peut ensuite être utilisée en cas de forte demande d’énergie. Malheureusement, cela s’accompagne d’une perte de rendement. »

« Aujourd’hui, l’hydrogène vert est encore un produit rare. La grande majorité de l’hydrogène utilisé aujourd’hui est de l’hydrogène gris. Étant donné qu’il n’y a pas d’autre solution que l’hydrogène vert pour la production, par exemple, d’ammoniac pour les engrais chimiques ou les processus à haute température dans le secteur métallurgique pendant la transition énergétique, il faut supposer que ces applications seront prioritaires. Il semble donc logique que l’hydrogène vert ne soit pas immédiatement utilisé à grande échelle pour les applications grand public, pour lesquelles les batteries ou l’électricité directe constituent encore aujourd’hui une bonne alternative. »
 

Poids lourds

Waterstofladder

« Il reste à voir quand nous pourrons utiliser l’hydrogène à grande échelle. La question de savoir comment la technologie des batteries va évoluer reste ouverte. Il n’est actuellement pas réalisable de faire rouler les camions et les bus entièrement sur batterie de manière pratique pour les longs trajets. Les vecteurs d’énergie liquides et gazeux sont toujours nécessaires comme carburants pour l’aviation, la navigation et le trafic routier, avec des schémas de consommation lourds, énergivores et exigeants. L’hydrogène apparaît donc comme une solution possible, mais pour l’instant, il n’y a que des projets à petite échelle. »

Sécurité

waterstoftruck

De nombreuses personnes frémissent à l’idée d’avoir de l’hydrogène à la maison ou dans leur voiture. « Certaines caractéristiques de l’hydrogène sont en effet indéniables », déclare le conseiller en prévention Geert Cuveele d’IDEWE. « L’hydrogène a de grandes limites d’explosivité. Il faut également très peu d’énergie d’inflammation pour provoquer une explosion. En outre, des pressions de service élevées sont nécessaires pour les voitures (700 bars) ou les poids lourds (350 bars), par exemple. La technologie n’en est toutefois plus à ses débuts et a dépassé la phase expérimentale, puisque l’hydrogène gris est utilisé en grande quantité depuis des décennies. À tel point que les installations peuvent être conçues et exploitées en toute sécurité. »

« L’hydrogène est 15 fois plus léger que l’air et s’élève donc immédiatement. Nous pouvons donc savoir exactement où le gaz peut s’accumuler en cas de fuite. Avec une ventilation appropriée et suffisante aux bons endroits, combinée à la détection de l’hydrogène, à l’évacuation d’urgence et à l’évitement des obstacles au plafond, le risque d’explosion peut être largement maîtrisé. Dans une atmosphère non confinée, l’hydrogène finit par se diluer jusqu’à un niveau inférieur à la limite inférieure d’explosivité. »
 

Législation

En matière d’environnement et de sécurité, nous devons actuellement souvent nous référer à la législation existante pour l’hydrogène. 

« Bien que les conditions sectorielles ne soient pas spécifiquement rédigées pour l’hydrogène, il existe des conditions sectorielles pour le stockage des gaz inflammables, dont les distances de séparation conformément à l’annexe 5.17.1 du Vlarem II. L’hydrogène en fait également partie car il doit être stocké sous haute pression et est facilement inflammable. »

« Demander un permis d’environnement parce que vous voulez prendre une initiative qui implique de l’hydrogène est une démarche fastidieuse en l’absence de législation spécifique. Pour chaque projet, une étude de sécurité spécifique doit être réalisée afin d’identifier l’impact et les risques éventuels. C’est pourquoi des études sont menées dans toute l’Europe pour déterminer les meilleures techniques disponibles. L’étude MTD sur les réservoirs d’hydrogène sera ainsi bientôt transposée dans le Vlarem II. Cela facilite le processus d’octroi de permis, apporte de la clarté à tous les exploitants et garantit des conditions de concurrence équitables à l’avenir. »

« Concernant la technologie de l’hydrogène, la situation est la même que pour les autres nouvelles technologies : la législation et les normes spécifiques sont en retard sur la technique. De même, en matière de sécurité explosion, nous nous appuyons encore aujourd’hui sur la réglementation classique de zonage et les documents relatifs à la protection contre les explosions que nous retrouvons dans le RGIE et le code du bien-être au travail. »

Les experts du Groupe IDEWE peuvent vous aider à gérer vos risques.

Lisez également : 

Manipulation de produits dangereux en toute sécurité

 

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation