Retour Rappel des choses à faire et à ne pas faire en matière d’hygiène des mains

Rappel des choses à faire et à ne pas faire en matière d’hygiène des mains

- Agents biologiques | Agents chimiques | Hygiène du travail

Expert Laura Jacobs

Expert en prévention - infirmier de travail

Journée mondiale de l’hygiène des mains ce 5 mai – téléchargez nos affiches

L’hygiène des mains est une mesure de base dans le secteur des soins. « Le coronavirus n’a rien changé à cela », déclare Laura Jacobs. « Mais maintenant que le pire est passé, espérons-le, c’est le moment idéal pour examiner de plus près les nouveaux risques, tels que la lassitude de la désinfection ou l’utilisation et le stockage des nouveaux produits. Une révision des bonnes pratiques est sans aucun doute une bonne idée. »

Lors de la première phase de la pandémie de coronavirus, on ne savait presque rien du virus. La désinfection et le lavage des mains étaient donc l’une des mesures les plus importantes pour empêcher la propagation du virus. Cela a exercé une pression sur les stocks de produits hydroalcooliques dans le monde entier et sur les établissements de soins. À ce moment-là, notre gouvernement a notamment donné aux distilleries de genièvre l’autorisation temporaire de produire du gel hydroalcoolique. Il a ensuite été distribué aux hôpitaux, aux maisons de repos et de soins et à d’autres établissements de soins. 

Circonstances exceptionnelles

ontsmetten

« Dans cette phase aiguë de la pandémie, les établissements de soins ont souvent supposé que le gouvernement avait vérifié de manière adéquate la sécurité de ces produits, de sorte que les procédures normales d’achat et de sécurité n’ont pas toujours été suivies », explique Laura Jacobs, experte en prévention-infirmière chez IDEWE. « Dans une situation normale, des procédures strictes doivent être suivies pour l’achat de ces biocides. Souvent, on manquait de temps et les livraisons étaient imprévisibles. Alors qu’en temps normal, les stocks de ces produits inflammables sont limités, dans ce contexte, les livraisons étaient souvent importantes. Dans de nombreux cas, les produits restants prennent aujourd’hui la poussière dans un coin. En effet, une fois que le marché s’est rétabli et que les lignes d’approvisionnement normales ont été remises en service, les organisations ont eu tendance à se tourner vers les produits familiers. Aujourd’hui, de nombreux établissements ne savent pas quoi faire des restes. »

Risque d’incendie

« Les autorisations temporaires qui permettaient, par exemple, aux distilleries de genièvre de produire des gels hydroalcooliques dans le cadre de la pandémie ont toutes expiré entre-temps », explique Jan Mertens, responsable de la discipline environnement chez IDEWE. « La dernière a expiré mi-janvier 2022. Comme aucune élimination progressive n’a été prévue, ces produits ne peuvent plus être commercialisés ou utilisés. Le stockage des produits en toute sécurité requiert également une attention particulière car ils sont facilement inflammables. À partir de 50 litres, le stockage n’est donc autorisé que dans un local ignifuge ou dans une armoire de sécurité résistante au feu. »

Procédures de commande sûres

wassen

Entre-temps, les autorisations de production temporaires délivrées par le gouvernement ont expiré une à une et les établissements de soins s’en remettent à nouveau à des fournisseurs de confiance. « Les gels hydroalcooliques aux propriétés désinfectantes sont des biocides », explique Laura Jacobs. « Ils doivent figurer sur la liste des substances autorisées et le conseiller en prévention doit donner son feu vert pour les commander. Il peut le donner après avoir consulté la FDS et l’acte d’autorisation. Il inspectera ensuite la commande à la livraison avant de la mettre en service. »

« Le médecin du travail peut également donner de précieux conseils ou lever des doutes sur certains produits. Le médecin du travail est également le premier point de contact si les travailleurs développent des allergies à cause des produits utilisés, par exemple. Pendant la pandémie de coronavirus, ces signalements ont d’ailleurs augmenté. »

Sensibilisation et formation

Non seulement les bons produits, mais aussi leur application et leur placement corrects méritent une attention particulière. 

« Pour éviter la lassitude de la désinfection après les années épuisantes de coronavirus, il est plus que jamais opportun de rafraîchir les connaissances des professionnels de la santé sur la prévention des infections en général et sur l’hygiène des mains en particulier. Les formations d’IDEWE accordent une attention particulière aux moments où l’hygiène des mains doit être appliquée dans les procédures de soins, mais aussi aux techniques correctes de lavage et de désinfection des mains, par exemple. Le test à la lumière UV, qui montre quelles parties des mains n’ont pas été suffisamment désinfectées, est souvent très révélateur. »

Découvrez notre formations: Hygiène des mains

IDEWE a un stock d’autocollants et d’affiches pour aider vos travailleurs à se souvenir des bonnes pratiques. Vous pouvez les commander à l’adresse documentation@idewe.be. Les dix premiers exemplaires sont gratuits.

Posez votre question ou faites-nous part de vos défis à l’adresse infectiepreventie@idewe.be  

Téléchargements

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation