Épidémie du nouveau coronavirus en Chine

- Agents biologiques
Eddy Eerdekens

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médicine du travail

UPDATE - 4 février 2020

Depuis décembre 2019, une épidémie de pneumonies a éclaté dans la mégapole chinoise de Wuhan et ses environs. L’épidémie est causée par le nouveau coronavirus 2019-nCov et prend des proportions de plus en plus importantes. Nous recevons de nombreuses questions de la part d’employeurs et de travailleurs inquiets. C’est pourquoi nous faisons le point sur la situation, en nous basant sur les connaissances et informations dont nous disposons aujourd’hui.

coronavirus

Les coronavirus forment une grande famille de virus, responsables de rhumes, mais aussi de maladies respiratoires plus graves, telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Depuis quelques semaines, un nouveau type de coronavirus est apparu à Wuhan, une mégalopole dans le centre de la Chine. La nouvelle souche est découverte pour la première fois chez l’homme, mais elle est probablement d’origine animale.

Symptômes

Les symptômes causés par les coronavirus varient de virus en virus. Les plus fréquents sont la fièvre, la toux, l’essoufflement et la dyspnée. Dans les cas les plus graves, le virus peut causer une pneumonie, des problèmes respiratoires graves, une insuffisance hépatique, voire le décès.

Les groupes à risque pour lesquels l’évolution de l’infection peut être plus grave sont les suivants :

  • les patients présentant des troubles cardiaques, pulmonaires ou rénaux chroniques ;
  • les patients présentant des troubles hématologiques ;
  • les patients présentant des troubles endocriniens (dont le diabète) ;
  • les personnes avec une résistance réduite ;
  • les personnes de plus 60 ans ou les bébés de moins de 6 mois ;
  • les femmes enceintes.

Transmission

Wuhan

Le mode exact de transmission entre humains est encore inconnu, mais il est probablement similaire à celui du virus de la grippe et se fait par les voies respiratoires. La transmission peut avoir lieu en respirant directement les gouttelettes infectées causées par la toux, les éternuements, la parole ou le contact direct avec des surfaces et surtout les mains, où retombent ces gouttelettes. Le virus peut ensuite être transmis aux muqueuses de la bouche, du nez ou des yeux par les mains.

La période d’incubation varie entre 2 à 14 jours.

 

Épidémiologie

Le 3 février, le nombre total d’infections confirmées par le 2019-nCoV était de 17 383, principalement en Chine continentale. 362 patients sont décédés et 17 professionnels de la santé ont été infectés. La gravité de l’infection est modérée : environ 2,1 % des infections confirmées ont entraîné un décès, et ce toujours chez les personnes présentant une pathologie sous-jacente. Il s’agit toujours de personnes des groupes à risque. On recense 163 cas en dehors de la Chine, entre autres à Taïwan, en Thaïlande, au Japon, en Corée du Sud, à Singapour, aux États-Unis et en France.

Le dimanche 2 février, 9 Belges et leur famille ont été évacués de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie. Ils séjournent en quarantaine pendant 14 jours. Des tests de dépistage du 3 février ont révélé une infection par le coronavirus chez l’un des compatriotes évacués. Le patient a été transporté à l’hôpital universitaire Saint-Pierre à Bruxelles, l’un des hôpitaux de référence dans notre pays.

Traitement

À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement ou vaccin spécifique pour la pneumonie provoquée par le nouveau coronavirus. De nombreux symptômes peuvent cependant être traités de manière adéquate.

Quelles mesures faut-il prendre lorsque les travailleurs reviennent de Chine ?

On estime actuellement que la probabilité qu’un voyageur contaminé quitte la Chine avec le virus pour se rendre en Belgique est modérée. 

Les autorités sanitaires belges sont vigilantes et suivent de près la situation en Chine. Seules les personnes qui ont été évacuées de Wuhan sont placées en quarantaine pendant 14 jours. L’isolement systématique des personnes en provenance d’autres régions de la Chine n’est pas nécessaire pour le moment. Les personnes qui reviennent de Chine et qui ne présentent pas de symptômes peuvent reprendre le travail. Les enfants peuvent retourner à l’école.

Seule exception : le personnel hospitalier qui revient de Chine et qui dans le cadre de son travail a des contacts étroits avec des patients vulnérables présentant un risque accru d’une évolution plus grave de l’infection. Il est temporairement recommandé de ne pas le faire travailler dans les soins aux patients pendant 14 jours.

Si les voyageurs sont malades dans les 14 jours après leur retour de Chine, ils doivent dès lors rester chez eux, appeler un médecin généraliste et signaler leur historique de voyage et leurs symptômes. Le médecin généraliste peut bien évaluer la situation et prendre les mesures adaptées. Les hôpitaux et les médecins généralistes savent comment reconnaître le coronavirus et comment le gérer.

Les médecins de l’Agence Soins et Santé coordonnent l’approche et le transport des patients susceptibles d’être atteints d’une infection au 2019-nCoV.

Quelles mesures faut-il prendre en Belgique ?

À l’heure actuelle, il n’y a pas lieu de s'inquiéter en ce qui concerne le nouveau virus. La Belgique a de très bonnes procédures pour le dépistage des coronavirus.

Il est recommandé de prendre des mesures de prévention générales afin d’éviter la transmission des virus, plus particulièrement en cette période de grippe :

  • En cas d’éternuement ou de toux, éternuez ou toussez dans un mouchoir que vous jetez ensuite à la poubelle.
  • Si vous n’avez pas de mouchoir, éternuez dans le creux de votre coude et non dans vos mains.
  • Touchez votre visage, votre bouche ou votre nez le moins possible avec vos mains.
  • Lavez-vous régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou utilisez une solution hydroalcoolique.
  • Si vous êtes malade, restez à la maison, au moins jusqu’à un jour après que la fièvre ait disparu et gardez le plus possible vos distances avec les personnes fragiles.

Le port du masque n’est actuellement pas conseillé en dehors des hôpitaux ou des laboratoires. Il n’est dès lors pas utile de se procurer un stock de masques. Laissez les stocks disponibles aux hôpitaux qui en feront bon usage en cette période de grippe.

Les seuls masques efficaces sont les masques bucco-nasaux médicaux professionnels (type N95, FFP2) qui sont utilisés dans les hôpitaux et laboratoires. Ces masques doivent adhérer parfaitement au visage afin d’être efficaces et peuvent ensuite être utilisés pendant 8 heures au maximum.

Welke maatregelen zijn er nu nodig in België?

Ongerustheid over het nieuwe virus is op dit moment niet nodig. Ons land heeft zeer goede procedures voor het opsporen van coronavirussen.

Algemene voorzorgsmaatregelen om overdracht van virussen te vermijden zijn steeds aanbevolen, zeker in deze griepperiode :

  • Als je niest of hoest, nies of hoest dan in een zakdoek en gooi hem daarna weg.
  • Als je geen zakdoek hebt, nies dan tegen je arm en niet in je handen.
  • Raak zo weinig mogelijk met de handen het gezicht, mond of neus aan.
  • Was je handen regelmatig met zeep en water of gebruik handalcohol.
  • Als je ziek bent, blijf dan thuis, minstens tot 1 dag nadat de koorts is verdwenen en blijf zo veel mogelijk weg van zwakke mensen.

Het dragen van mondmaskers heeft momenteel geen zin, buiten ziekenhuizen of laboratoria. Een voorraad aan mondmaskers aankopen heeft geen zin. Laat de beschikbare voorraden voor de ziekenhuizen die ze in dit griepseizoen goed kunnen gebruiken.
De enige efficiënte maskers zijn immers professionele medische mond-neusmaskers (type N95, FFP2 ) die in ziekenhuizen en laboratoria gebruikt worden. Deze maskers moeten nauw aansluiten op het aangezicht om doeltreffend te zijn, en kan men dan maximaal 8 uur gebruiken.

 

Téléchargements