Les 3 questions les plus fréquemment posées sur le coronavirus

- Corona

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médecine du travail

Qu'en est-il des travailleurs dont les défenses immunitaires sont affaiblies ou concernés par une grossesse ou une pathologie sous-jacente ?

Notre boîte e-mail corona@idewe.be est actuellement inondée de questions au sujet du coronavirus. Nous répondons pour vous aux trois questions qui reviennent le plus souvent.

Que doivent faire mes travailleurs dont les défenses immunitaires sont affaiblies ou présentant une pathologie sous-jacente ?

Hoestende man

Si vos travailleurs ne présentent pas de symptômes, ils peuvent continuer à travailler. Il n’y a aucune raison de conseiller à tous les travailleurs de rester chez eux. Ils sont par ailleurs libres de consulter le médecin du travail pour obtenir un avis individuel.  Tout travailleur peut trouver les coordonnées de son médecin du travail sur www.seed-connect.be. Si nécessaire, il peut être conseillé d’adapter le travail (davantage de back-office, pas de soins aux personnes infectées). 

Nous vous conseillons toujours :

  • d’appliquer de manière très stricte les mesures d’hygiène standard (se laver les mains, hygiène en cas de toux et d’éternuement) ;
  • d’éviter les contacts étroits (rayon de < 1 m) avec les personnes potentiellement malades ;
  • d’éviter les grandes foules où il n’est pas possible de respecter une distance de plus de 1 m, par exemple dans les transports en commun ;
  • de ne pas prodiguer de soins aux personnes qui ont une infection confirmée ;
  • d’être attentif aux symptômes. Si vos travailleurs présentent des symptômes, ils doivent rester chez eux et appeler immédiatement leur médecin généraliste ;
  • en cas de doute, de contacter le médecin traitant. Il connaît le patient, ses maladies et ses traitements et il est en mesure de lui donner des conseils individuels complémentaires.

Les travailleuses enceintes courent-elles un risque plus élevé de contamination ?

Zwangere vrouw bureau

Nous suivons les directives de Sciensano et l’avis émis par le GGOLFB (Groupement des Gynécologues Obstétriciens de Langue Française de Belgique). 

Dans le cadre de procédures précédentes, les femmes enceintes et les enfants de moins de six mois ont été qualifiés de groupe à risque par mesure de sécurité. Sur la base de l’évolution des connaissances relatives au COVID-19, ce groupe n’est plus considéré comme à risque.

Il n’existe en effet aucun élément indiquant que les femmes enceintes courent un risque plus élevé de contracter le coronavirus. Il est rassurant de constater qu'il y a peu de femmes enceintes parmi les patients très malades. Il n’existe dès lors aucune raison de paniquer à l’heure actuelle. L’application des mesures d’usage en matière d’hygiène des mains et en cas de toux devraient suffire. Si le travail n’implique pas un contact direct avec des personnes malades ou infectées, il peut se poursuivre normalement.

En revanche, les femmes enceintes répondant aux critères suivant doivent rester chez elle :

  • les femmes enceintes présentant certains symptômes (toux, fièvre, problèmes respiratoires) ;
  • les femmes enceintes atteintes d’une infection au coronavirus avérée.

Concrètement, cela signifie que selon les connaissances actuelles, il n’y a pas de risque accru de contamination pour les femmes enceintes et aucun risque d’évolution plus grave de la maladie ou de transmission transplacentaire. En d’autres termes, la procédure dans le cadre de la protection de la maternité s’applique. Nous conseillons toutefois de ne pas impliquer les femmes enceintes dans le dépistage ou la prise en charge des cas confirmés de COVID-19.

Dans certains cas, outre la grossesse et l'épidémie actuelle, il peut y avoir des raisons pour lesquelles le travail n'est pas conseillé, par exemple des complications pendant la grossesse, une pathologie sous-jacente, etc. Il appartient au médecin généraliste ou au gynécologue d'évaluer si la travailleuse est toujours apte au travail et, si nécessaire, d'établir un certificat de maladie.

Que faire si un cas de COVID-19 a été constaté auprès de l’un de nos travailleurs ?

Handen wassen

Les soins nécessaires sont prodigués au travailleur en question, qui est placé en congé de maladie.

Les collègues en bonne santé peuvent continuer de travailler. Les personnes ayant été en contact étroit ne font plus l’objet de tests et ne sont plus placées en isolement. À l’heure actuelle, nous recommandons d’être attentifs pendant 14 jours à l’apparition de symptômes éventuels (toux, état grippal, fièvre, difficultés respiratoires). Nous vous conseillons en outre de prendre votre température au moins deux fois par jour. 

Si des symptômes surviennent, restez chez vous et prenez contact par téléphone avec votre médecin généraliste. C’est lui qui décidera au terme de cette consultation téléphonique s’il y a lieu d’observer une période de convalescence à la maison ou si vous devez vous rendre à l’hôpital.

Vous trouverez ci-dessous les directives de base visant à éviter la transmission d’infections :

  1. Lavez-vous régulièrement et soigneusement les mains (40 à 60 sec.) à l’eau et au savon. L’utilisation de gels spéciaux ou de désinfectants n’est pas nécessaire, le savon suffit.
  2. Si vous devez tousser, faites-le dans un mouchoir en papier ou dans le pli du coude.
  3. Utilisez des mouchoirs en papier si vous devez tousser ou vous moucher, jetez-les dans une poubelle munie d’un couvercle et lavez-vous immédiatement les mains ensuite.
  4. Évitez de donner la main. Saluez vos collègues avec la jambe ou le coude.
  5. Restez à la maison si vous êtes malade. N’allez pas travailler. Prenez contact avec votre médecin traitant.
  6. Évitez tout contact étroit avec des personnes malades.
  7. Touchez votre visage le moins possible avec vos mains.
  8. Les masques ne présentent aucune plus-value.

Linkedin Facebook