Travailler malgré un handicap à l’emploi ou un problème de santé

- Travail ergonomique | Législation | Organisation du travail | Réintégration
Eddy Eerdekens

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médicine du travail

3 décembre : Journée internationale des personnes handicapées

Les personnes présentant un handicap professionnel ou ayant un grave problème de santé ont droit à des mesures de soutien pour trouver un emploi et l’exercer correctement. À l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, nous dressons pour vous la liste de ces mesures.

Le handicap de votre collaborateur a-t-il un impact sur son fonctionnement au travail ?

Si le handicap de votre collaborateur a un impact sur son fonctionnement au travail, et rend ainsi l’exécution de son travail difficile, vous pouvez, en votre qualité d’employeur, entrer en considération pour bénéficier de la prime de soutien flamande. L’Autorité flamande souhaite ainsi stimuler l’intégration des travailleurs ayant un handicap à l’emploi dans le circuit régulier du travail. Le handicap peut être une pathologie de nature psychique, physique ou sensorielle, comme l’autisme, le fait d’être malvoyant ou malentendant, la dépression, l’épilepsie, une maladie musculaire ou une fatigue persistante à la suite du traitement d’un cancer.

Prime de soutien flamande pour les employeurs

La prime de soutien flamande est destinée aux travailleurs occupés par des employeurs du secteur privé, du secteur de l’intérim, dans des établissements d’enseignement et dans des administrations locales.

La prime est destinée aux travailleurs occupés par des employeurs du secteur privé, du secteur de l’intérim, dans des établissements d’enseignement et dans des administrations locales. Cette prime compense la plus faible productivité et les coûts supplémentaires éventuels. L’employeur peut utiliser cette prime :

  • pour des adaptations de leur horaire, comme des pauses plus longues ou des heures de travail adaptées ;
  • pour des adaptations des tâches : temps supplémentaire pour apprendre des tâches, exécuter d’autres tâches, recevoir l’aide de collègues, etc. ;
  • afin de compenser des absences multiples ;
  • afin de compenser la perte de rendement : rythme plus lent, davantage d’erreurs, etc. ;
  • afin de prévoir un accompagnement et une assistance supplémentaire.

Le montant de la prime est calculé sur la base du salaire du travailleur et de sa date d’embauche.

Depuis le 1er janvier, cette mesure s’applique également aux personnes ayant un handicap professionnel temporaire, dont l’impact sur le fonctionnement est temporaire ou n’est pas encore clair. Il s’agit par exemple de travailleurs qui se remettent d’un traitement du cancer ou de travailleurs ayant subi des lésions cérébrales à la suite d’un accident.

Interventions complémentaires

Les employeurs peuvent également obtenir des interventions complémentaires pour :

  • les frais engagés pour l’adaptation du poste de travail ;
  • des outils et/ou une tenue de travail adaptés ;
  • les services d’interprétation pour les sourds et malentendants ;
  • les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail.

Ces mesures dépendent du domicile du travailleur. Selon la Région, les instances suivantes sont responsables :

  • travailleurs domiciliés en Région flamande ou en Région de Bruxelles-Capitale : VDAB
  • travailleurs domiciliés en Région de Bruxelles-Capitale : PHARE
  • travailleurs domiciliés en Wallonie : AVIQ 

N’hésitez pas à consulter les experts d’IDEWE pour obtenir de plus amples informations à ce sujet.