La grippe espagnole : 100 ans après

- Grippe
Eddy Eerdekens

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médicine du travail

Chaque année un nouveau vaccin contre la grippe à partir de la mi-octobre

Chez IDEWE, la campagne annuelle de vaccination contre la grippe démarre à la mi-octobre. La vaccination annuelle est le meilleur moyen de passer l’hiver sans attraper la grippe. Une telle protection est recommandée en particulier aux groupes à risque, comme les personnes actives dans le secteur des soins de santé, les enfants en bas âge et les personnes de plus de 50 ans. Il y a 100 ans, vers la fin de la Première Guerre mondiale, il n’était pas encore question de vaccination lorsque la « grippe espagnole » a fait 30 à 60 millions de morts dans le monde.

La grippe est une maladie transmissible des voies respiratoires qui est provoquée par le virus de la grippe. Ses principaux symptômes sont une toux sèche, des maux de tête et de gorge, de la fièvre, des douleurs musculaire et des frissons. Généralement, on en guérit de soi-même.

Ce fut également le cas au début de l’année 1918, lorsque de nombreux soldats sont tombés malades dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, mais ont ensuite guéri. Si la première vague de la maladie était relativement douce, la deuxième vague, à la fin de l’année 2018, s’est révélée violente. Quelques jours après l’apparition des premiers symptômes, de nombreux patients ont développé une infection pulmonaire, qui les a rapidement épuisés. Ils éprouvaient de plus en plus de difficultés à respirer, et, après quelques jours, et dans certains cas après quelques heures à peine, de nombreux malades sont décédés.

Victimes atypiques

Le nombre exact de victimes n’est pas connu. En ces temps de guerre, la situation était partout chaotique, et les soins médicaux étaient souvent médiocres. De plus, en raison de l’occupation allemande, la communication était souvent déformée et censurée. Les premiers messages au sujet de la gravité de la situation ont émané de l’Espagne, pays neutre. C’est ainsi que cette épidémie historique a été qualifiée de « grippe espagnole ».

Contrairement aux cas de virus de la grippe « ordinaire », la majorité des victimes avaient entre 20 et 40 ans. Dans un premier temps ont été émis des soupçons d’une nouvelle arme chimique des Allemands, mais il est ensuite apparu qu’il y avait des victimes dans les deux camps. 

Plus mortelle que la Première Guerre mondiale

Les soldats malades étant rassemblés dans de petits hôpitaux, la maladie s’est propagée très rapidement. Ce fut toutefois l’armistice qui a fait de la grippe espagnole une véritable pandémie. Le retour des soldats dans leur patrie et les fêtes organisées pour célébrer la fin de la guerre ont créé la situation idéale pour que la maladie se propage à une vitesse folle.

En quelques mois, la maladie a fait deux fois plus de victimes qu’en quatre ans de guerre. En Belgique, on a enregistré 282 165 décès des suites de la grippe. C’est fin 2019 que le virus a disparu aussi vite qu’il est apparu, avant que la science ne puisse apporter une solution adéquate.

Saison grippale 2018-2019

La grippe espagnole a été un virus particulièrement lourd, qui a pu faire de nombreuses victimes car les conditions de contamination étaient favorables. Cet hiver, nous pouvons nous attendre à une nouvelle épidémie de grippe. Heureusement, nous disposons à notre époque d’un vaccin efficace pour nous protéger contre la maladie. 

Étant donné que, chaque année, de nouveaux types de virus circulent, un vaccin n’est efficace que pour un seul hiver. La composition du vaccin doit en effet être chaque fois adaptée en fonction de l’évolution de la grippe. 

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à prendre contact avec votre bureau régional du Groupe IDEWE.

Téléchargements