Retour La « gestion de la douleur au travail » grâce à une approche multidisciplinaire

La « gestion de la douleur au travail » grâce à une approche multidisciplinaire

- Bonne forme physique | Bien mentalement | Réintégration

Expert Kristien Selis

Responsable de la discipline Ergonomie

La Semaine européenne de la sécurité et de la santé au travail met l’accent sur les troubles musculosquelettiques

La Semaine européenne de la sécurité et de la santé au travail attire l’attention sur les travailleurs souffrant de troubles musculosquelettiques. Ces derniers constituent l’une des principales causes des absences de longue durée en Belgique (33 %). Les douleurs chroniques obligent les travailleurs à souvent s’absenter. « Une approche multidisciplinaire sous la supervision du médecin du travail peut faire la différence », déclare Kristien Selis, responsable de discipline chez IDEWE.

poetshulp rugpijn

Trois travailleurs sur cinq souffrent de douleurs. Les douleurs lombaires (46 %) et les douleurs au niveau de la nuque et des épaules (44 %) sont les problèmes les plus fréquents. Pour un travailleur sur quatre, cela se traduit par des douleurs chroniques et une absence de courte ou de longue durée pour maladie. 

« Divers facteurs au travail jouent un rôle dans l’apparition et l’évolution des problèmes physiques et des douleurs », explique la chercheuse Liesbeth Daenen d’IDEWE. « Outre les exigences physiques du travail, on compte parmi les facteurs déterminants une activité physique insuffisante et des facteurs psychosociaux tels qu’une pression au travail élevée, un manque d’autonomie et de soutien social, et du stress. Le fait que la douleur entraîne ou non une absence dépend aussi, entre autres, de la manière dont les travailleurs pensent et gèrent la douleur. Certains n’osent pas bouger, de peur d’entraîner des lésions et davantage de douleur. Outre les réticents, il y a aussi les obstinés qui ne lâchent rien et veulent continuer à travailler à tout prix, même s’ils doivent prendre des médicaments supplémentaires pour y parvenir. D’autres dramatisent la douleur et ne peuvent s’empêcher de ruminer. La manière dont les collègues et les supérieurs hiérarchiques gèrent cette situation est également importante pour encourager ces personnes à rester au travail ou leur permettre de revenir au bureau dans de bonnes conditions. »

Un trajet de prévention pour une responsabilité partagée

desk pijn

Il est difficile de trouver une solution à cet ensemble complexe de facteurs en vue du rétablissement ou de la gestion de la douleur, d’une part, et de l’employabilité durable, d’autre part. 

« Il s’agit d’une responsabilité partagée qui doit être abordée de manière multidisciplinaire », déclare Kristien Selis. « L’employeur peut prendre un certain nombre d’initiatives pour adapter les conditions de vie au travail des personnes souffrant de douleurs chroniques. Par exemple, en prêtant attention à l’ergonomie et au bien-être psychosocial, mais aussi en offrant au travailleur plus de possibilités de réglage en fonction de ses douleurs. Le travailleur peut apprendre à gérer sa propre douleur. IDEWE souhaite soutenir les deux parties. C’est pourquoi nous préconisons fortement une approche multidisciplinaire, dans laquelle, à l’initiative du médecin du travail et en coordination avec lui, nous examinons comment aider un travailleur. Le trajet de prévention « Gestion de la douleur au travail » que nous avons mis au point à cet effet peut aider à identifier tous les différents facteurs et à rechercher ensuite des solutions sur mesure pour maintenir les personnes souffrant de douleurs chroniques au travail. Nous savons en effet que le travail favorise le bien-être mental et le rétablissement. »

Un parcours personnalisé pour chaque travailleur

« Il n’y a pas deux expériences de la douleur et deux situations de travail identiques, c'est pourquoi l’expérience du travailleur est au cœur de tout le processus. Une personne aura effectivement besoin d’adaptations ergonomiques de son poste de travail, tandis qu’une autre aspirera à une fonction différente ou aura besoin d’un soutien psychosocial pour mieux gérer ses douleurs. De cette manière, nous pouvons offrir un parcours personnalisé à chaque travailleur. Nous voulons que l’employeur soit le plus conscient possible de la nécessité de cette approche. À une époque où la main-d’œuvre est rare, l’inclusion et la réintégration des malades de longue durée et des travailleurs précieux est également une nécessité économique. »

Cliquez ici pour en savoir plus sur la Semaine européenne de la sécurité et de la santé au travail. 
 

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation