Comment se protéger des ondes électromagnétiques ?

- Environnement de travail sain | Agents physiques | Hygiène du travail

Expert Jan Van Bouwel

Responsable de la discipline Hygiène du travail

Six conseils pour limiter le rayonnement

Nous sommes constamment exposés au rayonnement des appareils électriques, téléphones mobiles, antennes et routeurs wi-fi. Il n’a certes pas été prouvé que ces champs électromagnétiques nuisent à notre santé à long terme, mais ils ont bien des effets négatifs à court terme. Prenez dès lors des précautions pour limiter le rayonnement.

Nous sommes constamment exposés au rayonnement des appareils électriques, téléphones mobiles, antennes et routeurs wi-fi. Il n’a certes pas été prouvé que ces champs électromagnétiques nuisent à notre santé à long terme, mais ils ont bien des effets négatifs à court terme. Prenez dès lors des précautions pour limiter le rayonnement.

Les scientifiques n’ont pas pu avancer de preuves concluantes que les champs électromagnétiques nuisent à notre santé à long terme, à l’exception des câbles à haute tension qui se trouvent au-dessus de nos habitations. Les études sur la durée et la fréquence de l’exposition sont néanmoins rares. Mieux vaut donc être prudent.

Règles pratiques pour limiter le rayonnement

smartphone stad wifi
  • Placez votre routeur wi-fi à au moins trois mètres des postes de travail fixes. Installez-le plutôt dans un couloir que dans un espace de vie ou de travail.
  • Ne mettez pas les routeurs wi-fi trop près les uns des autres (car cela renforcera leur intensité) et ne les placez pas dans un coin d'une pièce (car la réflexion des rayons sera encore plus forte).
  • Tenez toujours compte de la durée de l’exposition. Un routeur wi-fi causera moins de dommages dans une salle de réunion qu’à un poste de travail permanent.
  • Limitez le nombre d’appareils électriques sur un bureau au minimum nécessaire et prêtez suffisamment attention aux câbles : placez-les dans une goulotte à câbles et évitez tout contact avec le bureau.
  • Déconseillez à vos collaborateurs ou collèges de travailler avec l’ordinateur sur leurs genoux.
  • Limitez les appels avec un téléphone portable près de l’oreille.

Tenez compte de ces règles pratiques, car on ne sait toujours pas dans quelle mesure les champs électromagnétiques peuvent nuire à notre santé.

Deux sortes d’effets

Selon la fréquence, les scientifiques distinguent deux sortes d’effets sur le corps à la suite d'une exposition à des champs électromagnétiques. Tout d’abord, des champs électromagnétiques de basse et moyenne fréquence (jusqu’à 10 mégahertz) peuvent affecter les muscles, les sens ou le système nerveux. Les effets possibles sont les suivants :

  • vertiges ;
  • éclairs dans les yeux (phosphènes) ;
  • picotements ou douleur ;
  • influence négative sur la cognition ou d'autres fonctions cérébrales ou musculaires (« effets non thermiques »).

Ensuite, des champs électromagnétiques à basse et haute fréquence (de 100 kilohertz à 300 gigahertz) peuvent entraîner un échauffement du corps. En présence d'une puissance suffisante, il peut même être question de surchauffe et de dommages aux tissus (« effets thermiques »). Enfin, des effets indirects peuvent se produire, par exemple un dysfonctionnement de dispositifs médicaux implantés ou portés à même le corps (stimulateurs cardiaques, pompes à insuline).

 

Que dit la loi ?

La loi belge est surtout axée sur la prévention de ces effets à court terme. C’est pourquoi les entreprises doivent dresser l’inventaire de toutes les sources de rayonnement électromagnétique et les évaluer, et peuvent placer un appareil de mesure sur les sources en question. Les résultats sont ensuite testés en termes de niveaux d’action et de valeurs limites d’exposition.

Ces valeurs limites, fixées par l’arrêté royal du 20 mai 2016, visent à limiter les effets nocifs des rayons à court terme. Si ces valeurs sont dépassées, il y a un réel risque pour la santé des collaborateurs, et l’employeur doit prendre des mesures préventives.

En complément, des informations et une formations adéquates doivent être prévues pour les travailleurs, tout comme leur droit à la participation et à une surveillance de la santé. Cet arrêté royal prévoit toutefois des dérogations, par exemple en cas d’utilisation d’équipements d’imagerie par résonance magnétique et lors d’activités militaires.

 

Plus d'informations ?

Pour tout complément d’information ainsi que pour obtenir des conseils, n’hésitez pas à contacter votre bureau régional.