Le Green Deal doit orienter le secteur de la construction vers une économie circulaire

- Environnement de travail durable | Infrastructure | Environnement | Énergie

Expert Liesbeth Reekmans

Segment Manager Construction et Responsable de la discipline Construction et Bâtiments

L’expertise d’IDEWE s’avère utile pour le développement de nouvelles applications et méthodes de construction

Le secteur de la construction est responsable de 30 à 40 % de nos déchets. De plus, pour construire, nous utilisons une quantité énorme de matières premières épuisables, ce qui a un impact gigantesque sur l’empreinte carbone du secteur. L’année dernière, des entreprises de construction, des producteurs de matériaux de construction, des autorités locales et régionales, des constructeurs privés, des chercheurs et d’autres organisations ont signé un « Green Deal » (pacte vert) pour inverser la tendance. La construction circulaire doit devenir une réalité quotidienne.

Le secteur de la construction est par définition un secteur dans lequel de nombreux partenaires différents collaborent en vue d’obtenir de meilleurs résultats. Cela constitue un bon point de départ pour fournir des services dans une optique d’économie circulaire de la construction. La réutilisation maximale des produits et des matériaux est ici au cœur des préoccupations.

IDEWE, partenaire du Green Deal

La construction circulaire doit devenir une réalité quotidienne.

Par leur engagement dans le Green Deal sur la construction circulaire, les partenaires de la construction souhaitent apporter leurs connaissances et leur expérience à la réalisation de projets qui servent d’exemple. Le Groupe IDEWE s’est également joint à cet engagement. Notre expertise dans le domaine de la prévention et de la sécurité s’avère utile pour le développement de nouvelles méthodes de construction et la recherche de la réutilisation des matériaux. Dans ce nouvel environnement, on répond notamment à la demande de procédures de sécurité adaptées à toutes les phases de la construction et de l’exploitation d’un bâtiment.

Assemblages réversibles

L’assemblage des éléments de construction doit permettre un démontage ultérieur, sans perte de valeur du matériau ou des matières premières.

Étant donné que les besoins et les souhaits des utilisateurs et de la société sont en constante évolution, il est conseillé qu’un bâtiment puisse s’adapter à des usages en constante mutation. La construction orientée vers le changement exige une stratégie de conception et de construction qui permette ce processus d’adaptation. L’assemblage des éléments de construction doit permettre un démontage ultérieur, sans perte de valeur du matériau ou des matières premières. Concrètement, cela signifie que les assemblages doivent être réversibles afin de permettre un montage et un démontage à plusieurs reprises.

Les bâtiments comme dépôts de matériaux

Les bâtiments ne sont que des entrepôts temporaires pour les matières premières précieuses et limitées avec lesquelles nous réalisons le projet de construction. Lorsque des matériaux sont utilisés dans des produits ou des applications, il doit être possible de récupérer ou de réutiliser les matières premières ou les matériaux de base avec une méthode de haute qualité. Si la réutilisation n’est pas possible, le recyclage est recommandé.

Le passeport matériaux

La création d’une base de données des matériaux ou d’un passeport matériaux garantit que les matières premières et les matériaux utilisés dans un bâtiment sont enregistrés et documentés numériquement. Cela permet une réutilisation ultérieure maximale ou, si nécessaire, un recyclage adéquat.