null Enquête IDEWE : les PME appliquent bien les mesures liées au coronavirus

Enquête IDEWE : les PME appliquent bien les mesures liées au coronavirus

- Recherche scientifique | Kennis en Tools

Expert Lode Godderis

Directeur Knowledge, Information and Research

86,6 % respectent la distanciation sociale et 89,7 % prévoient suffisamment de possibilités de lavage des mains

La plupart des PME belges appliquent correctement les mesures de lutte contre le coronavirus. Ainsi, 86,6 % des entreprises font respecter une distance d’au moins un mètre et demi entre les personnes. Quelque 89,7 % d’entre elles offrent suffisamment de possibilités de lavage des mains. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par IDEWE, le plus grand service externe pour la prévention et la protection au travail, pour laquelle 515 entreprises ont été visitées. Par contre, des progrès restent à faire en ce qui concerne le nettoyage et la désinfection sur le lieu de travail.

Les PME belges appliquent-elles correctement les directives des autorités sur le coronavirus ? Pour le savoir, IDEWE a effectué 515 visites d’entreprises entre le 27 avril et le 1er juin afin d’aider les employeurs à mettre en œuvre les règles destinées à lutter contre la propagation du COVID-19.

Sur le plan de la formation et de la fourniture d’informations, les résultats enregistrés sont favorables. L’enquête montre que la plupart des entreprises (84,9 %) connaissent aujourd’hui les modes de transmission du coronavirus. Dans 68,7 % d’entre elles, les travailleurs ont pu bénéficier d’une formation sur les mesures à appliquer dans l’entreprise, tandis que 62,3 % ont également veillé à informer les tiers (visiteurs, clients, fournisseurs, etc.). Les travailleurs qui ont présenté une toux ou fièvre légère ont été envoyés chez un médecin généraliste dans 68,5 % des entreprises.

La société du mètre et demi

social distancing

Pour limiter au mieux le risque de nouvelle flambée du virus, la distance d’un mètre et demi va encore devoir être respectée pendant un certain temps. Cette mesure est bien appliquée dans près de 9 entreprises sur 10 (86,6 %), avec des pointes dans l’agriculture et l’horticulture (96,2 %), les transports (92,9 %) et le retail (92,2 %). Les mesures de distanciation sociale ont toutefois été beaucoup plus difficiles à respecter pour de nombreuses entreprises des secteurs de l’horeca, de l’alimentation et des soins, qui sont 60 %, 73,9 % et 75,5 % à les appliquer, respectivement. 

En outre, l’enquête montre que les visiteurs, fournisseurs, clients et patients sont accueillis comme il se doit dans 71,7 % des PME, qui veillent par exemple à faire respecter une distance suffisante et à éviter les poignées de main. Les garages (84,6 %), salons de coiffure (83,6 %) et services de soins (83 %) obtiennent les meilleurs résultats. 

« Nous sommes admiratifs de la créativité dont ont fait preuve les entreprises pour parvenir à maintenir la distance d’un mètre et demi », a déclaré Lode Godderis, directeur du département Knowledge, Information and Research. « La distanciation physique n’est toutefois pas facile à respecter dans tous les secteurs. Dans ce cas, il faut plutôt miser sur l’hygiène des mains et l’utilisation de masques. » 

Une bonne hygiène des mains est essentielle pour lutter contre la propagation du coronavirus au travail. Près de 9 entreprises sur 10 (89,7 %) possèdent un nombre suffisant de points de lavage des mains équipés de savon liquide. Bien qu’il soit recommandé de se sécher les mains avec des serviettes en papier, seuls 67,6 % en mettent à disposition.  

Le nettoyage et la désinfection des lieux de travail laissent souvent à désirer

mesures

Le nettoyage et la désinfection des lieux de travail sont également à améliorer. Seuls 59 % des entreprises disposent d’un programme de nettoyage qui donne la priorité aux surfaces fréquemment touchées comme les plans de travail, les poignées de porte, les interrupteurs, les téléphones et les imprimantes. Les meilleurs résultats sont obtenus dans les secteurs des soins (79,2 %), de l’alimentation (78,3 %) et de l’enseignement (76,9 %).

« Les travailleurs sont encore très mal à l’aise et anxieux à l’idée de se rendre ou de retourner sur leur lieu de travail », a expliqué Lode Godderis, directeur du département Knowledge, Information and Research. « Les entreprises peuvent toutefois faire beaucoup pour que leurs travailleurs se sentent bien dans leur peau. L’enquête montre que les employeurs sont à l’écoute des attentes de leur personnel et prêts à s’investir pour leur offrir un environnement de travail sûr. Même s’il faut admettre que certains points doivent encore être améliorés en ce qui concerne le nettoyage et la désinfection des lieux de travail. »

Lorsqu’un travailleur présente des symptômes de COVID-19, le lieu de travail n’est désinfecté que dans un peu plus de la moitié des cas (53,2 %). 

En revanche, l’importance d’une bonne aération a été bien comprise par les entreprises, qui sont 4 sur 5 (80,4 %) à y être attentives. 

Méthodologie

Entre le 27 avril et le 1er juin, IDEWE a effectué 515 visites d’entreprises dans le but d’aider les employeurs à respecter l’arrêté ministériel du 23 mars 2020 portant des mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19. Ses visiteurs ont utilisé la liste de contrôle du Contrôle du bien-être au travail. Les visites ont eu lieu dans des PME appartenant à 12 secteurs : la construction (69), l’alimentation (boulangeries et boucheries - 23), les transports (14), les soins (53), l’industrie (33), l’agriculture et l’horticulture (52), les bureaux (81), l’enseignement (13), l’horeca (20), le retail (commerce de gros et de détail - 64), les salons de coiffure (67) et les garages (26).