null Lode Godderis : « Nous ressentirons le véritable impact du coronavirus seulement après la crise »

Lode Godderis : « Nous ressentirons le véritable impact du coronavirus seulement après la crise »

- IDEWE

Expert Lode Godderis

CEO d'IDEWE

Tiré de : De Morgen du 4 août 2021

« L’année écoulée, marquée par le coronavirus, a eu un impact négatif sur le bien-être mental de nombreux travailleurs. Même de belles vacances ne peuvent pas y remédier », déclare le professeur de médecine du travail Lode Godderis à Cathy Galle dans le journal De Morgen.

À propos des vacances :

« Les vacances ne sont qu’une période de prise de conscience », selon Lode Godderis. « Le temps libéré nous fait surtout prendre conscience que la situation avant les vacances n’était pas bonne. Les personnes se rendent compte qu’elles ne veulent pas revenir à cette période. Nous constatons souvent qu’à la fin de leurs vacances, elles ont du mal à reprendre leur travail. Ce phénomène sera encore plus perceptible après un an et demi de coronavirus. »

Concernant l’impact de la pandémie :

« Cette pandémie marque sans doute la première fois que l’on constate un impact sur le bien-être mental à tous les niveaux d’une organisation. Nous le savons grâce aux enquêtes menées auprès des travailleurs. Cependant, la volonté de travailler sur ce point est également plus forte. Le fait même que les supérieurs hiérarchiques et les membres de la direction aient ressenti cet impact est beaucoup plus percutant que si quelqu’un venait leur dire qu’il y a effectivement des défis au niveau mental dans leur département ou entreprise. » (...) « Selon moi, il s’agit justement d’une opportunité à saisir. En tant que supérieur, votre rôle d’exemple est important. Si vous êtes ouvert et que vous abordez le sujet du bien-être mental, vous obtenez alors une sorte de dynamique d’équipe et un soutien mutuel s’installera. »

Quant à la réaction des entreprises :

« D’une part, on peut noter qu’un certain nombre d’entreprises se concentrent de plus en plus sur la santé physique et mentale de leur personnel. Elles souhaitent le conserver autant que possible. D’autre part, il y a effectivement des entreprises qui n’en ont que faire. Il s’agit souvent d’entreprises plus hiérarchisées qui misent surtout sur la réduction des coûts. Le bien-être y est souvent négligé. Ils considèrent l’accent mis sur la santé comme un coût plutôt que comme un investissement qui profite à la fois aux travailleurs et à l’entreprise elle-même. Ou alors ils ne choisissent que des solutions faciles, telles que des fruits, de l’eau et du café gratuits au travail. Ce sont de bonnes initiatives en soi, à condition qu’elles entrent dans le cadre d’une vraie politique. Sinon, ces actions restent purement symboliques. » 

En ce qui concerne la bonne approche :

« Le plus important est d’examiner attentivement les attentes des travailleurs et celles de l’entreprise. Lorsque quelque chose se passe mal, on constate souvent qu’il y a un décalage entre les deux, entre ce que le travail exige de vous et ce que vous aimez faire et ce pour lequel vous vous sentez compétent. » (...) « Le rôle du supérieur hiérarchique est essentiel. Il ou elle peut suivre les travailleurs individuellement, apporter des ajustements si nécessaire et doit surtout engager le dialogue. En tant que supérieur hiérarchique, citez les problèmes, exprimez vos préoccupations et invitez vos travailleurs à réfléchir avec vous à une solution. »

« Les personnes qui reviennent de vacances, ou qui doivent encore partir, ont particulièrement besoin d’une communication claire sur la façon dont le travail se déroulera dans les mois à venir. » (...) « En tant qu’entreprise, il faut dès maintenant conclure des accords décents quant au télétravail et examiner ce qu’il est mieux de faire à la maison ou sur le lieu de travail. Mais les travailleurs ont avant tout besoin de sécurité, car s’il y a bien quelque chose que nous avons retenu de cette crise, c’est que l’insécurité crée du stress et qu’il a impact négatif sur notre bien-être et notre fonctionnement. »

De Morgen – 4 août 2021

Lire l’article dans son intégralité (en néerlandais uniquement)

IDEWE a développé une offre de service post-coronavirus afin de vous aider dans vos obligations liées au coronavirus et dans la gestion saine de la (dé)connexion avec vos travailleurs. 

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation