Casques de sécurité dotés d’une mentonnière : à quoi être attentif ?

- Construction | Sécurité au travail | Équipements de protection individuelle

Expert Liesbeth Reekmans

Segment Manager Construction et Responsable de la discipline Construction et Bâtiments

Une évaluation correcte des risques aide à effectuer le bon choix

Pour choisir le casque de sécurité adéquat, il s’indique de savoir à l’avance contre quoi le casque doit nous protéger et à quelles conditions il doit satisfaire. Les casques de sécurité dotés d’une mentonnière sont de plus en plus utilisés dans le secteur de la construction. En effet, le casque de sécurité classique n’est pas pratique pour les travailleurs qui doivent souvent lever ou baisser la tête, risquant ainsi de le faire tomber. La présence d’une fixation empêche cela.

Les casques qui répondent à la norme EN397 sont principalement conçus pour assurer une protection contre les risques de chute d’objets. La norme définit en outre les exigences en termes de résistance aux chocs, à la pénétration et au feu. Le casque doit protéger contre l’impact provoqué par la chute d'une hauteur d’un mètre d’un objet de 5 kg.  La résistance aux chocs de ces casques a été prouvée à l’aide d’un test effectué sur le sommet de la coque du casque. La norme ne prévoit pas de test pour les impacts latéraux.

Ne vous cognez pas la tête

Dans certaines circonstances, il n'y a pas de risque de chute d'objets, mais bien de choc à la tête. Dans ces cas-là, le port d’une casquette antichocs qui satisfait à la norme EN812 peut constituer une solution. Cet équipement de protection individuelle a généralement la forme d’une casquette.  Toutefois, il n’est pas adapté à une utilisation en extérieur sur les chantiers de construction car il n’offre qu’une protection trop faible contre les chocs liés aux chutes d’objets.

Durée de vie maximale

Les casques dont la coque est en matière thermoplastique méritent une attention particulière. En effet, en raison de l’exposition aux rayons UV, le matériau perd de sa souplesse et donc de sa capacité à absorber les chocs. Tout casque de sécurité a dès lors une durée de vie maximale. Celle-ci s’élève à 3-4 ans maximum. Le fabricant appose dès lors dans le casque une date de fabrication.

Gare aux fissures

Selon la norme EN397, le casque peut également être équipé d'une mentonnière.

On reconnaît les casques plus anciens à la formation de fissures, principalement à hauteur de la visière. Une autre indication est le craquement qu’ils produisent lorsqu’une pression est exercée sur les côtés. Si vous constatez ces défauts sur un casque, il y a lieu de le remplacer immédiatement. D’ailleurs, il en va de même pour tout casque ayant subi un choc important. N’hésitez pas non plus à remplacer un casque dont l’intérieur est endommagé. Si les points de fixation ou les bandes sont déchirés ou endommagés, l’intégralité de la partie intérieure doit être remplacée.

Accessoires

Idéalement, les casques de sécurité sont accompagnés d’un serre-tête ou d’un écran facial. Le casque peut également être équipé d’une mentonnière ou d’accessoires supplémentaires tels que des protège-nuque, des bandes en laine pour l’hiver ou encore des lampes frontales.

Mentonnière

Certains casques de sécurité sont conformes aussi bien à la norme EN397 qu’à la norme EN12492, qui s'applique également aux casques d'alpinisme. Ces casques combinent les propriétés protectrices des deux normes. 

Selon la norme EN397, le casque peut également être équipé d'une mentonnière.  Celle-ci doit rester attachée lorsqu’elle est soumise à une faible pression, mais doit se détacher si une force plus importante est exercée, de sorte que l’intéressé ne puisse pas rester accroché à un obstacle à cause de la mentonnière de son casque. La mentonnière d’un casque d’alpinisme, en revanche, ne doit se détacher en aucun cas.  À l’achat d’un casque doté d’une mentonnière, il convient dès lors de tenir compte de ce paramètre.

N’hésitez pas à faire part des défis auxquels vous êtes confronté et à poser vos questions à nos experts.