L’OMS à la recherche de 300 millions de patients hépatiques

- Recherche scientifique
Eddy Eerdekens

Expert Hilde Vanacker

Responsable de la discipline Médicine du travail

Le 28 juillet : Journée mondiale contre l’hépatite

300 millions de personnes dans le monde sont porteuses d’une hépatite virale. Parmi elles, 134 millions en décèdent chaque année, car la maladie peut rester cachée des années, tout en atteignant le foie. Lors de la Journée mondiale contre l’hépatite, le 28 juillet, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) souhaite attirer l’attention sur la maladie, sensibiliser les personnes aux risques et les encourager à se soumettre à un dépistage.

Vaccin efficace contre l’hépatite B

Le virus de l’hépatite B se transmet par le sang (par exemple, par des aiguilles contaminées) ou par contact sexuel. Il y a également un risque de transmission de la mère à l’enfant lors de l’accouchement si la mère est porteuse. En Belgique, chez une minorité des patients, l’infection évolue vers une forme chronique de la maladie. Les patients doivent être suivis à vie pour empêcher le développement d’une cirrhose du foie. Depuis 1999 en Belgique, le vaccin contre l’hépatite B fait partie du schéma de vaccination de base pour les bébés et les adolescents.

Traitement possible pour l’hépatite C

Vaccin contre l'hépatite B

 

Il n’existe pas encore de vaccin contre l’hépatite C. Le virus (HCV) se transmet principalement par transfusion de sang contaminé, consommation de drogues injectables (aiguilles contaminées) et contact sanguin accidentel (par exemple, accident par piqûre ou éclaboussure). Le sang séché peut également présenter un risque. Depuis 1990 en Belgique, le dépistage de l’hépatite C est effectué sur le sang destiné aux transfusions sanguines afin d’écarter ce type de transmission.

Épidémie silencieuse

Le virus de l'hépatite C (HCV) se transmet principalement par transfusion de sang contaminé.

Au départ, l’hépatite C évolue très lentement et est souvent qualifiée d’« épidémie silencieuse » parce que les personnes infectées se sentent généralement en parfaite santé et peuvent ne présenter aucun symptôme pendant 10 à 20 ans.

L’Organisation mondiale de la Santé a calculé que c’est précisément pour cette raison que 300 millions de personnes ignorent qu’elles sont contaminées par le virus de l’hépatite C. Il est néanmoins important de diagnostiquer l’infection rapidement afin d’entamer un traitement dans les meilleurs délais. La thérapie disponible peut traiter les patients qui ont une très grande chance de guérison, sans pour autant provoquer trop d’effets secondaires. Si le traitement n’est pas entamé ou est débuté trop tard, la maladie peut alors évoluer à terme en cirrhose du foie, voire en cancer du foie.

La Belgique compte 80 000 à 100 000 personnes infectées par le virus de l’hépatite C. L’Organisation mondiale de la Santé évalue le nombre de nouveaux cas d’infection à 3 à 4 millions par an. L’hépatite C est responsable de :

  • 70 % des hépatites chroniques ;
  • 40 % des cirrhoses avancées ;
  • 60 % de tous les carcinomes hépatocellulaires (cancers hépatiques) ; et
  • 30 % de transplantations de foie.

L’OMS a pour objectif de diagnostiquer 30 % des porteurs du virus d’ici 2020 et 90 % d’ici 2030.