null Analyse de risques et port du masque obligatoire

Analyse de risques et port du masque obligatoire

- Agents biologiques | Analyse de risques | Corona

Expert Jan Van Bouwel

Responsable de la discipline Hygiène du travail

Comment travailler en toute sécurité dans le secteur des soins

La mise en place d’un lieu de travail sûr, sain et agréable passe par une analyse de risques obligatoire. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, le risque de contact avec des personnes infectées fait partie des risques qui nécessitent des mesures de prévention dans toutes les entreprises, notamment dans le secteur des soins de santé. Dans ce cadre, la mise à disposition et le port du bon type de masque sont essentiels.

L’objectif principal d’une analyse de risques globale est d’identifier clairement toutes les circonstances qui peuvent avoir un impact négatif sur la sécurité et la santé des travailleurs sur le lieu de travail. Sur cette base, vous pouvez, en tant qu’employeur, évaluer les mesures de prévention à prendre. L’analyse de risques étant obligatoire et devant toujours être à jour, le risque de contamination et de propagation du COVID-19 est un risque dont vous devez absolument tenir compte depuis le début du mois de mars.

Un masque pour protéger celui qui le porte ou protéger les autres

Maskerplicht coronatest

Jan Van Bouwel, responsable de la discipline Hygiène du travail chez IDEWE, déclare : « Les circonstances qui déterminent le risque seront cependant différentes d’une organisation à l’autre. De plus, la prévalence du virus influencera également le risque de contamination sur le lieu de travail. C’est pourquoi il est important de toujours effectuer une analyse de risques, en tenant compte des circonstances spécifiques. Sur cette base, des mesures peuvent ensuite être définies pour un bâtiment ou un lieu de travail. Celles-ci devront néanmoins aussi être adaptées en fonction de l’évolution des circonstances. »

« Selon le service, l’analyse de risques dans un établissement de soins montrera la probabilité que les travailleurs entrent en contact avec des patients COVID-19 », explique le conseiller en prévention Bob Van den Bossche d’IDEWE. « Sur cette base, on peut déduire si les travailleurs doivent uniquement porter un masque chirurgical, conçu pour protéger les personnes avec lesquelles ils sont en contact, ou un masque jetable FFP2/FFP3. Cette dernière catégorie de masque fait partie des équipements de protection individuelle et protège mieux celui qui le porte contre le virus. D’autres équipements de protection, tels que des gants, un tablier, un écran facial complet ou des lunettes anti-éclaboussures peuvent également être utilisés. »

Utilisation des masques chirurgicaux

Risicoanalyse

Le Conseil supérieur de la santé a publié des conseils pour l’utilisation rationnelle des masques médicaux. L’une des raisons est d’empêcher le port de masques médicaux par des travailleurs qui ne participent pas aux soins des patients.
Le masque chirurgical, qui est destiné à protéger l’utilisateur pendant les soins et les actes médicaux, peut être porté par le prestataire de soins (et le personnel soignant) :

En milieu hospitalier 

  • Pour le personnel soignant qui présente des symptômes légers (d’une infection respiratoire), sans fièvre
  • Au bloc opératoire
  • En salle d’accouchement
  • Dans les unités stériles
  • Dans les zones propres et sales des centrales de stérilisation
  • Lors de la manipulation par le personnel de laboratoire des échantillons respiratoires et digestifs sans hotte à flux laminaire 

En extra-mural 

  • En cas de contact avec des patients COVID-19 possibles ou confirmés dans les centres de triage
  • En cas de contact avec des patients COVID-19 possibles ou confirmés pour tous les soins de première ligne et les soins à domicile
  • Pour les patients COVID-19 suspects ou confirmés isolés en collectivités résidentielles, telles que les maisons de repos et de soins, les centres de rééducation, les prisons, etc.
  • Tout transport de patients, à l’exception du transport de patients COVID-19 possibles ou confirmés pour lesquels un transport dédié est prévu (dans ce cas, utilisation de masque FFP2)
  • Lors de la manipulation par le personnel des morgues et des pompes funèbres d’un patient COVID-19 possible ou confirmé décédé

Utilisation des masques FFP1/FFP2/FFP3

Le masque FFP1/FFP2/FFP3 peut être utilisé pour la protection des prestataires de soins (et du personnel soignant et accompagnant) lorsqu’ils sont en contact direct avec des patients présentant une infection par le COVID-19 suspectée ou confirmée.

Les patients COVID-19 possibles ou confirmés reçoivent un masque chirurgical. S’ils devaient recevoir un masque FFP1, il doit s’agir d’un masque FFP1 sans valve d’expiration. 

Les masques en tissu faits maison ne sont pas des masques médicaux et sont inférieurs aux masques chirurgicaux. Toutefois, dans le contexte d’une pénurie de masques médicaux, ils peuvent être utilisés, entre autres, dans les établissements de soins par le personnel qui ne participe pas aux soins des patients (tel que le personnel administratif, le personnel technique, le personnel du laboratoire et le personnel de la réception qui n’a pas de contact direct avec les patients). 

Vous ignorez si vos masques FFP1, FFP2 et FFP3 répondent aux normes ? Demandez un test au 016 39 04 55 ou à l’adresse info@ibeve.be.