La lumière naturelle doit être le premier choix

- Travail ergonomique | Environnement de travail sain | Agents physiques | Législation

Expert Veerle Hermans

Responsable de la discipline Ergonomie

Nouvelle norme pour la lumière naturelle dans les bâtiments

Le fait d’avoir suffisamment de lumière naturelle dans les bâtiments non seulement constitue une solution pour économiser plus d’énergie mais est aussi un facteur important pour augmenter le bien-être des utilisateurs des espaces intérieurs. Cette constatation était pour le Comité européen de Normalisation (CEN) l’occasion d’élaborer une nouvelle norme pour la lumière naturelle dans les bâtiments.

Quatre collaborateurs au bureau

L’article III.1-31 du code du bien-être au travail stipule que « l’employeur veille à ce que le lieu de travail reçoive de la lumière naturelle en quantité suffisante et que, si cela n’est pas possible, un éclairage artificiel adéquat soit présent ». Après que l’importance de la lumière artificielle a été reconnue par le législateur, c’est maintenant le Comité européen de Normalisation qui adapte la norme pour la lumière naturelle dans les bâtiments.

La lumière naturelle doit désormais être préférée à la lumière artificielle lors de la construction de bâtiments d’entreprise, entre autres. D’une part, l’utilisation optimale de la lumière naturelle implique qu’on a moins recours à la lumière artificielle et donc qu’on consomme moins d’énergie. D’autre part, le CEN renvoie à l’influence positive qu’a la lumière naturelle sur le bien-être.

Une luminosité confortable

Homme âgé dans une usine

Lors de la construction du bâtiment, le maître de l’ouvrage doit pouvoir garantir une luminosité confortable, qui tient compte de la variabilité de la lumière, tout au long de la journée et au fil des saisons. La vue sur l’extérieur, la durée d’ensoleillement dans les espaces où les gens vivent et travaillent ainsi que le risque d’éblouissement sont pris en considération.

La norme NBN EN 17037 définit également les systèmes de mesure utilisés pour évaluer les conditions d’éclairage naturel et fournit les méthodes de calcul et de vérification.