Les déplacements domicile-travail à vélo en toute sécurité et sans danger

- Mode de vie sain | Bureaux | Environnement | Sécurité routière | Autorités

Expert Paul Van Moll

Segment Manager Logistique et Commerce de détail

La mobilité durable, c’est aussi investir dans la prévention et la formation

Face à la prise de conscience croissante de la mobilité durable, de plus en plus d’entreprises encouragent leurs travailleurs à effectuer leurs déplacements domicile-travail à vélo. « Outre la valeur ajoutée que cela implique pour le cycliste, pour l’organisation et pour l’environnement, l’utilisation du vélo engendre aussi certains risques non négligeables », explique Paul Van Moll d’IDEWE.

De plus en plus de travailleurs choisissent le vélo pour se rendre à leur travail. « C’est souvent grâce au coup de pouce de l’employeur qui octroie des primes de déplacements à vélo ou qui met des vélos de leasing à disposition. Il s’agit naturellement d’une tendance positive, notamment parce que les travailleurs font plus d’exercices physiques et bénéficient des bienfaits sur leur santé. C’est en outre un moyen efficace d’éviter les embouteillages et le stress qui en découle. Par ailleurs, c’est un stimulant pour l’environnement et une mobilité fluide et il améliore par la même occasion l’image écologique de l’employeur. »

Tenez compte des risques

Lorsque nous soulignons les avantages du vélo, nous devons prendre également en compte les risques liés à son utilisation. Au cours des 3 dernières années, 33 % des collaborateurs à vélo ont été impliqués dans un accident sur le trajet entre leur domicile et leur lieu de travail.

« Ces accidents ont eu lieu non seulement avec des vélos traditionnels, mais aussi avec des vélos électriques ou des Speed Pedelecs. Le Speed Pedelec ressemble à un vélo ordinaire, mais peut atteindre une vitesse de 45 km/h, ce qui amène les autres usagers de la route à effectuer de mauvaises estimations. En raison de son utilisation en hausse, le nombre de victimes a pratiquement sextuplé en un an. L’année dernière, la Flandre dénombrait un total de 86 victimes de la route parmi les conducteurs de Speed Pedelecs, dont 1 mort et 9 blessés graves. L’arrivée de nouveaux cyclistes, qui pour la plupart n’ont plus touché un vélo depuis des années, porte à croire que les connaissances du code de la route ne sont pas aussi rigoureuses. »

Investissez dans la prévention et la formation

Promouvoir les vélos (électriques) est donc intéressant pour différentes raisons, mais il est recommandé d’investir également dans la prévention et dans les formations. La VSV (Fondation flamande en matière de transport et de mobilité) propose des ateliers, des formations et un e-learning afin de sensibiliser les cyclistes au code de la route et à la sécurité à vélo. En outre, l’organisation propose depuis peu une nouvelle formation pratique qui porte principalement sur les conducteurs de Speed Pedelec. »

 

« La formation en entreprise dure environ deux heures et comporte un volet théorique et pratique. Elle a pour but de conscientiser les travailleurs aux risques que comporte la conduite d’un Speed Pedelec. L’attention se porte aussi bien sur l’adaptation de la vitesse dans l’environnement, que sur l’arrêt en toute sécurité. Étant donné que la formation se penche particulièrement sur le respect de la vitesse, elle peut aussi être destinée aux autres conducteurs de vélos rapides. »

Le programme Kijk Uit a également consacré une émission au Speed Pedelec.