Retour S’armer contre les événements traumatisants

S’armer contre les événements traumatisants

- Changement organisationnel | Événements traumatisants

Expert Elke Velle

Conseillère en prévention aspects pyschosociaux

Une bonne préparation peut prévenir les troubles de stress posttraumatique

Le quotidien De Standaard a cité une étude de la KU Leuven dans laquelle il est démontré que 7 % des 1 896 collaborateurs de police interrogés ont déclaré souffrir de stress posttraumatique. « Raison de plus pour qu’une organisation soit préparée au moment où un travailleur est victime d’un événement traumatisant », déclare Elke Velle, conseillère en prévention aspects psychosociaux chez IDEWE. « Dans de nombreux cas, une réaction bienveillante rapide et précise empêche le traumatisme de continuer à se répercuter. »

Assister à la mort d’un collègue, être victime ou témoin d’une agression ou d’un accident grave... Un événement traumatisant laisse des traces. « Il est normal que les personnes qui ont vécu un événement marquant présentent des réactions de peur ou de stress », explique Elke Velle. « Votre corps est en alerte pour ce qui pourrait arriver ensuite. Prêt à se battre, à fuir ou à se défendre. Votre rythme cardiaque s’accélère, vos muscles se tendent. Les personnes dans cette situation peuvent se mettre très en colère ou se bloquer complètement. Parfois, elles ont l’air calmes, mais la décharge émotionnelle ne tarde généralement pas à suivre. Ce ne sont toutefois pas nécessairement des caractéristiques d’un trouble de stress posttraumatique. C’est le cas si les symptômes d’anxiété persistent après plusieurs mois et si certains déclencheurs évoquent le traumatisme de manière répétée. Cette situation peut souvent être évitée par une prise en charge rapide. »

Soyez préparé

posttraumatische stoornis

Sensibiliser les supérieurs hiérarchiques et les travailleurs au risque d’événements traumatisants et les informer des conséquences et de la manière dont vous pouvez réagir en tant que collègue est la première étape d’une politique que les organisations peuvent développer à ce sujet. « Dans certaines organisations, comme les services de police et de secours, mais aussi dans les entreprises où les travailleurs effectuent des tâches dangereuses, il est important de ne pas nier l’existence des risques. Nous constatons que les organisations qui gèrent bien cette situation non seulement font mieux face aux événements traumatisants, mais aussi deviennent plus fortes en tant qu’équipe et organisation. La confrontation avec des questions de vie et de mort fait disparaître les fonctions. Ce qui reste, ce sont des personnes inquiètes et qui veulent prendre soin les unes des autres. »

Prise en charge rapide

Si un événement traumatisant se produit, une prise en charge rapide est nécessaire. « En plus des soins médicaux nécessaires, la priorité est que les gens se sentent rapidement en sécurité et puissent se libérer de leurs premières émotions. Même s’ils pensent savoir comment ils réagiraient dans des situations dramatiques, ils sont souvent choqués après coup par la violence ou l’apathie de leurs réactions. Il est important de normaliser cela et d’offrir une reconnaissance de la part de l’organisation. C’est de préférence le supérieur hiérarchique qui s’en charge, mais le soutien et la compréhension des collègues sont évidemment aussi précieux et nécessaires. »

Relâcher la pression ensemble

« Il peut ensuite être utile de réunir les personnes impliquées dans l’incident deux jours après les faits. Relâcher la pression ensemble une fois les premières émotions apaisées peut aider, mais il est également important de fixer des limites et de ne pas rester coincé dans la situation. IDEWE peut accompagner cette prise en charge collective.  Nous travaillons avec le modèle des trois entretiens, selon lequel nous suivons en trois entretiens la manière dont les personnes impliquées assimilent progressivement cet événement. Toutefois, nous constatons aussi qu’un seul rendez-vous est souvent suffisant. Le fait qu’une organisation accorde aux victimes et aux membres de l’équipe le temps et l’espace nécessaires pour se réunir et assimiler est un précieux signe de reconnaissance. En effet, le soutien social mutuel des autres personnes dans cette situation est très important au cours de cette phase. »

Entretiens individuels

IDEWE propose également une prise en charge individuelle. Il s’agit de trois entretiens, étalés dans le temps, au cours desquels nos psychologues se penchent sur le ressenti individuel de l’événement traumatisant.  « C’est l’occasion de faire comprendre aux victimes qu’il n’y a rien de mal à leurs réactions et de chercher un moyen d’assimiler l’incident ou de trouver des solutions qui permettent d’y faire face. Nous remarquons dans ces entretiens que l’expérience ne reste pas nécessairement négative. De tels événements peuvent être le déclencheur de quelque chose de positif que les individus veulent voir se confirmer. Ils peuvent également indiquer qu’ils préfèrent ne plus en parler, parce qu’ils ont assimilé l’incident ou parce qu’ils ont acquis une meilleure compréhension des situations et des déclencheurs qui peuvent provoquer une réaction d’anxiété. C’est aussi l’objectif de l’accompagnement, outre le soutien social. »

Voici un aperçu de notre offre de formations en matière d’événements traumatisants au travail :

  • Élaborer une politique de prévention des agressions (formation direction et supérieurs hiérarchiques)
  • Comment faire face aux comportements agressifs dans la pratique (formation collaborateurs)
  • Comment faire face aux événements traumatisants au travail (formation supérieurs hiérarchiques)
  • Comment faire face aux comportements agressifs dans la pratique (formation supérieurs hiérarchiques)

Contactez nos experts pour plus d'informations.

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation