null Revoyez votre plan d’urgence en fonction de la nouvelle manière de travailler

Revoyez votre plan d’urgence en fonction de la nouvelle manière de travailler

- Analyse de risques | Premier secours | Sécurité incendie | Formations

Expert Frank Weckx

Segment Manager Industrie et Nettoyage

Y a-t-il encore un nombre suffisant de secouristes ou de personnes désignées, de membres du service de lutte contre l’incendie, de responsables de l’évacuation et du rassemblement sur le lieu de travail ?

De nombreuses entreprises constatent que la nouvelle manière de travailler (et le rôle que le télétravail y joue) a des conséquences sur le plan d’urgence interne qu’elles avaient précédemment élaboré. Souvent, les rôles de secouriste ou de personne désignée, de membre du service de lutte contre l’incendie ou de responsable de l’évacuation et du rassemblement ne peuvent plus être remplis, ou plus suffisamment. Il est temps d’apporter une révision ou de suivre de nouvelles formations.

ehbo

En raison du télétravail obligatoire de ces derniers mois, les secouristes, les personnes désignées, les responsables de l’évacuation et les membres du service de lutte contre l’incendie n’étaient généralement plus présents dans les locaux de l’entreprise pendant les heures de travail. Cela peut dès lors entraîner des situations potentiellement dangereuses.

« Étant donné que de nombreuses entreprises réfléchissent à la manière dont, par exemple, le télétravail peut s’intégrer davantage dans la nouvelle façon de travailler à l’avenir, il est temps de revoir le plan d’urgence », déclare Frank Weckx, responsable de la discipline Industrie et Nettoyage d’IDEWE. « Quelques ajustements pratiques suffiront peut-être, car, en principe, le plan tient déjà compte du travail posté, des maladies et des périodes de vacances des personnes jouant un rôle spécifique dans le plan d’urgence interne. Néanmoins, au sein de certaines organisations, des personnes supplémentaires devront suivre une formation afin de garantir qu’il y ait toujours suffisamment de travailleurs présents pour remplir les rôles nécessaires. »

L’analyse de risques comme base

brandbestrijding

L’organisation des secours n’est pas strictement réglementée par la loi. « Depuis 2014, tout entrepreneur qui emploie des travailleurs doit constituer un service de lutte contre l’incendie », explique Dirk Wouters, conseiller en prévention sécurité au travail chez IDEWE. « Donc, cela s’applique aussi à un boulanger ou à un courtier d’assurance, dès qu’ils emploient du personnel. Le service de lutte contre l’incendie doit être composé d’au moins un travailleur ayant suivi une formation pratique et théorique « Petits moyens d’extinction ». Le législateur n’a cependant pas déterminé le nombre de membres que le service de lutte contre l’incendie doit compter. L’employeur doit évaluer les risques et prendre ensuite les mesures de prévention adéquates. Dans ce cadre, l’analyse de risques aidera l’employeur à évaluer le nombre de membres que doit compter le service de lutte contre l’incendie. Il en va de même pour le nombre de secouristes. L’organisation du travail et la disposition des bâtiments sont déterminantes à cet égard. Le télétravail structurel peut donc avoir un impact sur ce point. »

IDEWE a établi un tableau qui peut servir de guide pour déterminer le nombre de secouristes dont votre organisation a besoin. 


 

IDEWE peut vous aider à établir ou à adapter votre plan d’urgence ou votre plan de continuité d’activité et à former vos travailleurs : 

 

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation