My OptiDesk souffle sa deuxième bougie

- Bureaux | Connaissances de recherche | Outils numériques | My IDEWE

Expert David Verwimp

Segment Manager Bureaux

48 % des personnes travaillant dans des bureaux ont des maux de dos ; 40 % se sentent épuisés mentalement

Il ressort d’informations recueillies auprès de 13 000 personnes qui travaillent dans des bureaux pour plus de 80 organisations différentes et qui ont été interrogées au cours des deux dernières années via My OptiDesk que 48 % de ces travailleurs ont des douleurs lombaires et 40 % des douleurs à la nuque. La cause consiste en une combinaison de facteurs, dont plusieurs sont liés au travail. Nous souhaitons répondre à cette problématique de manière systématique afin d’éviter des absences (de longue durée) pour cause de maladie.

De plus en plus de gens passent leur journée de travail derrière leur ordinateur (portable), tablette, etc. Il ressort des données que nous avons recueillies que 65 % des personnes travaillent de manière prolongée sur un ordinateur, sans faire de courte pause ni alterner avec d’autres tâches. Seule une personne travaillant dans des bureaux sur deux s’adonne au quotidien à une activité physique d’intensité modérée et respecte dès lors la norme internationale en matière de santé relative à l’exercice physique.

En ce qui concerne le vécu du travail, 29 % des collaborateurs travaillant dans des bureaux qui ont été interrogés ressentent une pression élevée au travail, et 40 % se sentent épuisés mentalement, vidés et « au bout du rouleau ». En revanche, respectivement 64 % et 71 % des travailleurs interrogés se sentent fortement valorisés et soutenus par leur supérieur hiérarchique et leurs collègues. Ces facteurs jouent un rôle protecteur dans l’apparition des maux de dos et à la nuque.

En ce qui concerne l’environnement de travail, un tiers des travailleurs sont incommodés par le bruit sur leur lieu de travail. Cela les dérange dans le cadre de leur travail. De plus, 25 % des travailleurs se plaignent d’une mauvaise qualité de l’air. Les postes de travail non adaptés sur le plan ergonomique, comme des chaises de bureau, des tables de travail et des écrans mal réglés, continuent de causer des problèmes de santé physique ou empêchent de remédier à de tels maux.

Comprendre la situation

Les données sont le résultat d’enquêtes systématiques auprès des travailleurs via My OptiDesk. IDEWE a lancé il y a deux ans cet outil numérique destiné aux personnes travaillant dans des bureaux.

« Grâce à My OptiDesk, les collaborateurs peuvent signaler leur problèmes de santé physique mais également évaluer les facteurs liés au travail qui en sont la cause », explique Liesbeth Daenen, chercheuse chez IDEWE. « L’enquête dure maximum 15 minutes. Immédiatement après avoir répondu aux questions, les participants ont accès à un rapport personnel contenant des conseils ciblés afin qu’ils puissent résoudre les problèmes en la matière qui se présentent sur leur lieu de travail.

L’employeur reçoit un rapport complet décrivant les atouts et les points d’attention de son organisation. Il peut ensuite adapter sa politique de prévention sur la base de ce rapport. Maintenant que l’examen médical obligatoire pour ce type de travailleurs a été supprimé, My OptiDesk permet aux employeurs de tout de même satisfaire à leur obligation de protection de la santé et du bien-être de leurs collaborateurs. »

Les solutions

Outre les conseils individuels que les participants reçoivent via My OptiDesk, IDEWE prévoit, grâce au My OptiDesk Solution Flow, des outils visant à résoudre les points problématiques, et ce, tant au niveau individuel que collectif. « Sur la base du rapport individuel, les collaborateurs peuvent par exemple demander une consultation chez le médecin du travail. Ce dernier pourra ensuite les adresser à d’autres spécialistes. »

« Nous proposons aux employeurs une approche intégrée sur la base des résultats des mesures », explique David Verwimp, Segment Manager Offices chez IDEWE. « Par exemple, si le manque d’exercice physique s’avère être un problème, nous pouvons proposer des ateliers pour donner aux gens l’envie de bouger davantage. Une formation “Résilience” peut être indiquée si une pression élevée au travail et un épuisement émotionnel se révèlent être des points problématiques. Citons également parmi les possibilité les ateliers au cours desquels les participants apprennent par exemple à régler correctement leur chaise de bureau ou table de travail. »

Si vous aussi, vous recherchez une approche intégrée efficace afin d’évaluer et d’optimiser le bien-être et la santé de vos collaborateurs travaillant dans des bureaux, n’hésitez pas à fixer un rendez-vous avec l’un de nos collaborateurs par l’intermédiaire de votre bureau régional du Groupe IDEWE.