null De nombreuses entreprises oublient de désigner un conseiller à la sécurité ADR

De nombreuses entreprises oublient de désigner un conseiller à la sécurité ADR

- Sécurité au travail | Agents chimiques | Sécurité routière | Environnement | Substances dangereuses

Expert Jan Mertens

Responsable de la discipline Environnement

De nombreuses entreprises ont absolument besoin d'un conseiller indépendant qui veille à la sécurité des substances dangereuses

Bien que le poste de conseiller à la sécurité ADR ne soit pas nouveau, il n’est pas suffisamment connu. Sa nomination n’est pas seulement une obligation pour le transporteur, mais aussi pour toute entreprise engagée dans l’envoi, la remise ou le transport de marchandises dangereuses par route. La fonction de conseiller à la sécurité ADR est souvent inconnu. « Si les entreprises connaissent déjà la fonction, elles pensent souvent que l’obligation ne s’applique qu’aux entreprises exerçant des activités liées au transport de charges de plus de 50 tonnes par an », explique Jos Vanholzaets, conseiller à la sécurité ADR d’IBEVE. « L’expéditeur, le chargeur, le déchargeur, le remplisseur et l’emballeur peuvent cependant être soumis également à l’obligation d’engager un conseiller ».

En Belgique

tankwagen gevaarlijke stoffen

Selon l’ADR (l’accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route), toute entreprise qui s'occupe de l’expédition ou du transport de marchandises dangereuses par route, ou de l’emballage, du chargement, du remplissage ou du déchargement de ces marchandises, doit désigner un ou plusieurs conseillers à la sécurité. Ils contribuent à prévenir les dangers que ces activités représentent pour la sécurité des personnes, des biens et de l’environnement. L’ADR permet des différences entre les pays. En Belgique, cette obligation est fixée dans l’arrêté royal du 5 juillet 2006.

Grote risico’s

magazijn gevaarlijke stoffen

Selon Jos Vanholzaets, le conseiller à la sécurité ADR joue un rôle important dans la chaîne. « Les entreprises et les institutions devraient donc se contrôler plus étroitement et exiger qu’un conseiller soit engagé. Même si vous faites appel aux services d’un chauffeur indépendant, il est conseillé de vérifier s’il dispose d’un conseiller. Enfin, un expéditeur ne peut remettre des substances dangereuses qu’à une personne qui remplit les obligations de l’ADR. Les risques peuvent en effet être considérables. »

« En outre, le conseiller à la sécurité ADR n’a pas seulement l’œil pour ses tâches spécifiques, mais est également un conseiller en substances dangereuses en général. Il s’agit d’une personne qui, en tant que conseiller externe et indépendant, veille à la sécurité des substances dangereuses et soutient réellement les entreprises de par sa spécialité. Ce besoin est criant dans de nombreuses entreprises et institutions. » 


Vous êtes à la recherche d’un conseiller à la sécurité ADR ? N'hésitez pas à nous contacter.


En savoir plus sur la gestion des substances dangereuses.