Les conséquences psychologiques de la quarantaine peuvent être ressenties pendant longtemps

- Corona | Bien mentalement | Soins | Événements traumatisants | Stress et burn-out | Personne de confiance

Expert Hilde De Man

Responsable de la discipline Aspects Psychosociaux

Renforcez votre résilience à l’aide de nos conseils

Les études sur l’impact psychologique de la quarantaine, après les épidémies récentes du SRAS et du MERS, indiquent que les conséquences sont vastes, considérables et durables. « Il est donc également important de prendre soin de votre santé mentale », explique Hilde De Man, responsable de la discipline Aspects psychosociaux d’IDEWE.

Santé mentale pendant la quarantaine

Kinderopvang in coronatijden

Lors de l’épidémie du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003, des mesures de quarantaine ont été imposées en Chine et au Canada. L’épidémie d’Ebola en Afrique occidentale en 2014 a quant à elle provoqué la fermeture de villages entiers. Dans la foulée, de nombreuses études ont été menées sur les conséquences psychologiques.

« De manière globale, nous constatons que le risque de troubles psychiques était 3 à 4 fois plus élevé chez les personnes placées en quarantaine », explique Lode Godderis, directeur du département Knowledge, Information and Research d’IDEWE. « Il peut s’agir, par exemple, de problèmes de dépression, de troubles du sommeil, de stress post-traumatique et d’épuisement émotionnel. 20 % des personnes qui avaient été en contact étroit avec les personnes infectées par le SRAS, notamment les travailleurs de la santé, ont signalé de l’anxiété. Il est frappant de constater que 10 % éprouvaient également un sentiment de culpabilité. »

« Les résultats suggèrent aussi que les conséquences à long terme continuent à se faire sentir jusqu’à 3 ans après la fin des mesures. Et ce, non seulement pour les personnes placées en quarantaine, mais aussi pour les fonctionnaires qui ont géré le système de la quarantaine et les policiers et fonctionnaires de la santé publique qui l’ont imposée. »

« Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas recourir à la quarantaine. Le risque de voir apparaître les effets psychologiques parce que les mesures de quarantaine n’ont pas été appliquées et que l’infection a continué à se propager peut être plus grave. La décision doit donc être prise avec prudence et le gouvernement doit s’assurer que l’expérience soit la plus supportable possible pour tout le monde. »

Facteurs de stress et conseils pour le gérer

Que vous habitiez seul ou avec votre famille sous le même toit, cette situation requiert pour chacun une énorme capacité d’adaptation, une résistance au stress et de la créativité.

« Outre votre santé physique, il est également important de prendre soin de votre santé mentale », explique Hilde De Man. « Il est normal d’éprouver de l’anxiété, de la colère, de la solitude, des changements d’humeur. Tout comme les cauchemars ou l’envie de boire davantage d’alcool sont des conséquences de votre système de stress naturel, que votre corps utilise pour vous aider à traverser les moments difficiles. Afin de gérer vos réactions de stress, il peut être utile de comprendre ce qui vous donne du stress. »

Stressoren en tips om er mee om te gaan

elleboog

Nous avons établi la liste des facteurs de stress les plus fréquents dans les situations de quarantaine et des conseils pour les gérer.

Insécurité

Il est important que vous soyez bien informé sur ce que vous pouvez entreprendre pour vous protéger et protéger les autres. Consultez dès lors uniquement des sources fiables, comme le SPF Santé publique.

Si vous remarquez que vous devenez agité en consultant ou en écoutant l’actualité, il est préférable de vous limiter à 1 ou 2 moments d’information par jour. Désactivez les alertes et les notifications push des médias sociaux ainsi que les applications d’actualité sur votre téléphone mobile.

Sécurité sociale et physique

La sécurité physique, l’alimentation et les contacts sociaux sont des besoins humains fondamentaux. Il est donc parfaitement normal que nous ressentions du stress lorsque ces besoins sont menacés. Par conséquent, les personnes commencent à violer les règles de distanciation sociale à cause de leur réaction au stress en s’accaparant ou en se cherchant les unes les autres. Tentez de rationaliser vos préoccupations. En prévoyant ce que vous allez manger la semaine à venir, vous évitez la surconsommation et vous êtes rassuré sur le fait que vous avez suffisamment chez vous. En planifiant concrètement un contact téléphonique avec vos amis et votre famille, vous évitez d’avoir le sentiment d’être seul au monde et vous abaissez le seuil qui vous permet d’établir un contact.

La peur de la contamination

Les symptômes d’une contamination au COVID-19 sont décrits dans les médias comme des symptômes de grippe. Vous pourriez également interpréter à tort les réactions de votre corps au stress comme des symptômes du coronavirus. Il est important que vous respectiez strictement les prescriptions en matière d’hygiène et les règles de distanciation sociale. Si votre état de santé physique vous inquiète, contactez votre médecin traitant pour établir un diagnostic par téléphone.

L’anxiété est en effet une manière normale de réagir à une situation anormale. Elle ne doit pas être réfutée ou rassurée, elle demande seulement à être reconnue et étudiée. Elle pourra évoluer vers une approche saine si vous lui laissez suffisamment d’espace au cours de l’entretien. Prenez le temps de la reconnaître et de la nommer avec quelqu’un d’autre. Si vous laissez votre insécurité et votre anxiété se manifester, elles se détendent généralement et s’allègent d’elles-mêmes.

Votre santé

Si vous remarquez que les symptômes d’anxiété ou de stress déterminent votre quotidien après quelques jours ou semaines, nous vous recommandons de contacter une personne de confiance, une ligne d’assistance, un médecin ou un thérapeute. Vous pouvez également contacter le télé-accueil 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour un appel téléphonique ou un chat au numéro 107 ou sur http://www.tele-accueil.be/

Isolement/solitude

Activer votre réseau social à distance est une priorité absolue. Surtout lorsque votre vie privée et professionnelle est tournée vers le monde extérieur, la distanciation sociale sera toute une adaptation. La distanciation physique serait dès lors un meilleur terme. Ne brisez donc pas le contact, mais utilisez intelligemment vos canaux et médias sociaux. Évitez d’être dérangé pendant travail. Retrouvez vos amis et votre famille après les heures de travail pour une conversation de qualité par téléphone, vidéochat, etc.

Limitation des ressources

Il y a de fortes chances que vous retrempiez généralement votre énergie en pratiquant un passe-temps dans un club de sport ou de loisirs. Essayez de convertir vos donneurs d’énergie en activités que vous pouvez faire à la maison ou à l’extérieur, seul ou en famille.

Consacrez suffisamment d’attention à votre résilience : faites suffisamment d’exercice, mangez de manière équilibrée, veillez à vous détendre après un pic de tension, faites place à la positivité et gérez l’équilibre et l’énergie de manière consciente.

En réponse à la crise du coronavirus, IDEWE offre aux employeurs du secteur des soins de santé un soutien spécialisé de première ligne pour les travailleurs qui luttent contre des sentiments d’anxiété, d’insécurité ou de stress aigu.

N'hésitez pas à nous contacter pour obtenir de plus amples informations.

Ou suivez notre Facebook Live ‘Helden van de zorg, reken nu op ons!’ (Les héros du secteur des soins comptent sur nous !) ce 27 mars à 15 h. Comment gérez-vous l'anxiété, le stress et l'insécurité pendant cette crise du coronavirus ? Hilde De Man vous prodigue des conseils.

Consultez également nos mises à jour relatives au coronavirus sur nos médias sociaux Linkedin et Facebook.