Retour Dossier absentéisme et réintégration: conseils pour travailleurs

Dossier absentéisme et réintégration: conseils pour travailleurs

- Travailleurs en bonne santé

Partie 1: Absentéisme et réintégration : 10 conseils sur la base des questions des travailleurs

Vous avez sans doute beaucoup entendu parler de l’absentéisme et de la réintégration ces derniers mois. Ou peut-être êtes-vous vous-même (ou un collègue) dans cette situation. Quoi qu’il en soit, IDEWE a constaté qu’il existe encore une grande confusion à ce sujet parmi les employeurs et les travailleurs. Dommage, car il en résulte que beaucoup plus de travailleurs souffrent d’une incapacité de travail de longue durée que nécessaire.

Récemment, nous avons lancé un appel pour des questions concrètes sur ce sujet. Comme nous ne pouvons pas répondre ici aux questions individuelles (elles concernent souvent des cas complexes et/ou personnels), nos spécialistes Godewina Mylle (réintégration) et Yolan De Meyer (absentéisme) ont formulé ces dix conseils sur la base de vos soumissions.

  • Ce texte est destiné aux travailleurs. Si vous êtes un employeur en quête de réponses, vous les trouverez ici.
  • Si, en tant que travailleur, vous avez une question spécifique ou besoin d’aide, veuillez contacter votre médecin du travail (vous pouvez demander cette information à votre employeur ou par seed.connect.be ou par masanté.be , et vous trouverez de plus amples informations sur le rôle du médecin du travail aux conseils 6 et 7).

1. Plus vous êtes « out » longtemps , plus la réintégration est difficile.

Chez IDEWE, nous constatons souvent que lorsque les personnes ne reprennent pas le travail, ce n’est pas par mauvaise volonté, mais en raison de la durée de leur absence. Plus l’absence est longue, plus la distance mentale avec l’employeur et les collègues est grande, plus la peur (inutile mais compréhensible) de la désapprobation est grande, et plus la confiance en ses propres capacités diminue. Bien entendu, nous ne préconisons pas un retour rapide ou précipité, mais plutôt un retour au bon moment.

« Ne soyez pas surpris si votre employeur vous appelle pour vous demander comment vous allez et pour examiner les possibilités de réintégration. Cela est tout à fait normal. »

2. Connaissez vos options et vos ressources

Mais qu’est-ce qu’un bon timing ? Bien sûr, il est différent pour chaque cas, et dépend de nombreux facteurs : la raison de l’absence, la personne, le poste, l’environnement de travail, la vitesse de récupération, etc. C’est pourquoi il est si important que vous sachiez qui peut vous aider à faire le tri. Si votre employeur dispose d’une politique écrite en matière de présentéisme (également appelée politique d’absentéisme) et de réintégration, il est préférable de l’examiner attentivement. Dans tous les cas, politique ou pas, veillez à entamer un dialogue avec votre employeur, votre médecin traitant et votre médecin du travail.

3. Maintenez le contact avec votre employeur

Gesprek werkgever

Très souvent, l’absence d’un travailleur entraîne une longue période de silence radio. Et même s’il est bon de vous laisser un peu d’espace en tant que travailleur, ce silence ne peut pas durer très longtemps. En effet, outre la durée de l’absence, la durée de la « déconnexion » a également un impact majeur sur le succès de votre retour. Ne soyez donc pas surpris si votre employeur appelle occasionnellement pour vous demander comment vous allez et pour examiner les possibilités de réintégration avec vous. Cela est tout à fait normal, pour autant qu’il s’agisse d’un dialogue constructif en vue d’un futur retour. Si vous n’avez pas de nouvelles de votre employeur, n’hésitez pas à prendre vous-même contact avec lui.

4. Il n’est pas nécessaire d’être complètement rétabli pour reprendre le travail.

La principale idée reçue que nous souhaitons balayer dans ce sujet est la suivante : vous pouvez reprendre le travail uniquement lorsque vous êtes complètement rétabli. Cela est parfois vrai, mais dans la plupart des cas, les personnes qui reprennent le travail de manière appropriée se rétablissent plus rapidement pendant le processus de rétablissement que celles qui restent à la maison. Au travail, nous nous sentons à nouveau utiles, à nouveau mis au défi, nous faisons à nouveau partie d’un groupe, etc.

« Prendre l’initiative d’en parler à votre médecin du travail peut lever de nombreuses incertitudes. »

5. Osez prendre l’initiative en matière de réintégration

Lors des négociations gouvernementales, la réintégration a fait couler beaucoup d’encre. Cependant, il s’agissait surtout de la réintégration officielle formelle, et chez IDEWE, nous recommandons toujours de mettre en place un trajet de réintégration informel dès que possible, en dialogue avec votre employeur. Pour que les choses soient bien claires, nous n’entendons pas « reprendre rapidement le travail », mais bien « réfléchir et travailler en vue de ce moment ». Faire preuve d’initiative dans ce domaine n’est pas seulement bon pour votre rétablissement, mais cela donne aussi à votre employeur une perspective, de sorte que vous pouvez lever vos propres incertitudes quant à votre travail.

6. Impliquez votre médecin du travail le plus tôt possible dans ce trajet

Arbeidsarts

Qui consultez-vous habituellement si vous avez des problèmes cutanés ? Le dermatologue, et ce, que vous soyez envoyé par votre médecin traitant ou non. Alors, pour une affection qui est en partie causée par le travail (et/ou qui a des conséquences sur celui-ci), il est également logique de consulter un médecin du travail, non ? Le médecin du travail fait partie du service externe de prévention et de protection au travail auquel votre employeur est affilié. La recherche a montré que plus le médecin du travail est impliqué tôt, plus les chances d’une réintégration réussie sont élevées. Vous pouvez le faire vous-même, d’ailleurs votre employeur peut le suggérer, mais pas l’imposer.

« Un médecin du travail n’est pas une personne qui vient sur ordre de votre employeur pour vérifier si vous êtes vraiment malade. Votre médecin du travail est là pour vous aider. »

7. Le médecin du travail n’est pas un médecin-contrôleur

Si vous ne le saviez pas, nous le comprenons, car beaucoup de personnes, y compris des employeurs, confondent malheureusement encore les deux rôles. Un médecin du travail n’est pas une personne qui vient sur ordre de votre employeur pour vérifier si vous êtes vraiment malade. Votre médecin du travail est là pour vous aider. En collaboration avec votre médecin traitant et éventuellement votre conseiller en prévention aspects psychosociaux ou autres conseillers en prévention, il/elle vous conseillera et vous guidera dans votre rétablissement, en accordant une attention particulière à votre éventuel retour au travail.

8. Montrez de la flexibilité

Il existe de nombreuses possibilités pour reprendre le travail. À temps plein ou à temps partiel, dans votre fonction actuelle (avec ou sans tâches temporairement adaptées) ou dans un rôle totalement différent, à la maison ou au bureau (ou de manière hybride), etc. Il s’agit là d’exemples de paramètres avec lesquels vous tentez, en collaboration avec le médecin du travail et les autres personnes qui vous aident, de trouver un bon équilibre en vue de rendre votre retour au travail aussi fluide et durable que possible.

9. Votre employeur ne peut pas tout résoudre

Nous espérons bien sûr que vous trouverez une solution ensemble, mais même l’employeur le plus constructif ne peut pas répondre à tous les besoins. Parfois, il n’est par exemple pas possible de vous offrir un emploi adapté dans le cadre des activités actuelles. Dans ce cas, osez explorer le marché du travail (notamment par le biais de A3W3, notre projet pilote en coopération avec la VDAB). Des portes pourraient s’ouvrir à vous.

10. Montrez-vous compréhensif vis-à-vis de vos collègues absents

Si l’un de vos collègues est absent, sachez que ce n’est pas volontaire. Ne le blâmez pas si vous devez reprendre une partie du travail, mais discutez avec votre employeur de la manière dont vous allez résoudre ce problème. En outre, en fonction de votre relation, demandez-vous si maintenir le contact est une bonne idée et quels sujets vous pouvez aborder ou non. Et bien sûr : soyez constructif et positif lors de son retour au travail.

 

Nous espérons que ces conseils vous rendront plus fort afin que, dans une situation actuelle ou future, vous puissiez prendre l’initiative d’un bon retour pour vous-même ou un collègue. Une réintégration est toujours un processus gagnant-gagnant pour l’ensemble de l’organisation.

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation