Retour « Le bien-être des effectifs doit primer »

« Le bien-être des effectifs doit primer »

- Environnement de travail sain | Analyse de risques | Législation | Organisation du travail

Expert Hilde Vandenkieboom

Conseillère en prévention - infirmier du travail - Promotion de la santé

L’introduction des shifts de 24 heures pour les zones de secours est possible, mais pas automatique

Selon une circulaire de la ministre de l’Intérieur, Annelies Vanderlinden, les zones de secours pourront introduire des shifts de 24 heures sous certaines conditions. Cette circulaire a vu le jour en raison de la demande croissante des zones de secours. « Il est important de se concerter sur le nouveau régime de travail », déclare Hilde Vandenkieboom. « Le bien-être et la sécurité des effectifs doivent primer. »

wachtshift

Il y a en principe 11 heures de repos entre deux shifts de 8 heures. Cependant, de nombreuses zones d’urgence et de nombreux pompiers ont du mal à respecter cette réglementation. Dans la pratique, les shifts 24 heures étaient donc déjà appliqués. En d’autres termes, la ministre régularise une situation que de nombreuses équipes ont déjà vécue. Par conséquent, l’application de la circulaire sera également très diverse. 


« La circulaire établit uniquement un cadre », ajoute Hilde Vandenkieboom, conseillère en prévention-promotion de la santé chez IDEWE. « Concrètement, un dialogue devra être mené dans chaque zone de secours afin de déterminer si l’introduction du système de 24 heures est opportune ou non et, le cas échéant, quelles en seront les modalités. Je pense notamment aux périodes de repos intermédiaires. »

Conditions

Les shifts de 24 heures ne peuvent donc pas être simplement introduits par décision « top-down ». Quelques conditions sont énumérées dans la circulaire.

  1. La zone doit conduire une analyse de risques sur la base du code du bien-être au travail, y compris une motivation spécifique concernant la mise en place d’un régime de shifts de 24 heures.
  2. Pour autant que la zone de secours connaisse actuellement un (ou des) autre(s) système(s) que le système de 24 heures, le système de 24 heures ne peut être le seul système mis en place par la zone. Quand un régime de 24 heures est mis en place pour la première fois, le membre du personnel doit avoir la possibilité de continuer à travailler dans son régime horaire actuel. Il ne peut en effet pas y avoir de détérioration de la protection du travailleur. 
  3. La zone doit mener une politique active pour inciter les collaborateurs à prendre assez de repos avant et après le shift de 24 heures.
  4. La zone doit également :
  • garantir des temps de repos suffisants.
  • prévoir assez de temps entre deux shifts de 24 heures.
  • prévoir des locaux de repos suffisants et bien aménagés.
  • engager du personnel supplémentaire afin de garantir la sécurité civile.
  • différencier les effectifs minimaux de jour et de nuit, en fonction du nombre différent d’interventions de jour et de nuit. 

Examen médical

« En d’autres termes, comme pour d’autres organisations de travail irrégulières et le travail de nuit, il s’agit d’utiliser l’analyse de risques pour les déterminer et ensuite créer des conditions qui en tiennent compte au maximum », explique Hilde Vandenkieboom. « Proposer des espaces de repos qualitatifs en nombre suffisant et prêter attention à la relaxation et aux moments de déconnexion sont des évidences, mais il faudra aussi penser à une alimentation saine. Une fois le règlement introduit, le médecin du travail devra également évaluer, lors de l’examen médical obligatoire, si un membre du personnel est apte à travailler en longs shifts. »

Formations

IDEWE organise des formations aussi bien pour les employeurs que pour les travailleurs afin d’apprendre à mieux gérer l’horloge biologique en cas de travail de nuit et de travail posté. Pendant l’atelier, les travailleurs sont motivés à utiliser des conseils pratiques pendant leur travail. Les employeurs sont consultés sur les mesures qu’ils peuvent prendre en termes d’approvisionnement en nourriture et en boissons, d’infrastructures et de système de travail posté.

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation