Retour Suivi après les agressions dans le secteur des soins

Suivi après les agressions dans le secteur des soins

- Stress et burn-out | Événements traumatisants | Outils numériques

Expert Bianca Kints

Segment manager Soins

34,4 % des travailleurs du secteur des soins ont dû faire face à une agression externe

En raison de la pandémie de coronavirus, nous avons tendance à nous énerver plus vite et à prendre tout de travers. Dans le secteur des soins, entre autres, cela conduit à une augmentation des agressions. Outre les risques physiques éventuels ou l’impact psychologique direct, ces incidents augmentent aussi le risque de stress et de burn-out. « La nécessité d’une politique qui protège les travailleurs contre les agressions et garantit un suivi était déjà importante avant l’arrivée du coronavirus et n’a fait que s’accroître au cours des deux dernières années », déclare Hilde De Man.

34,4 % des travailleurs du secteur des soins ont été confrontés à des formes d’agression externe au cours des derniers mois. « L’agressivité est une réaction humaine fondamentale qui se manifeste surtout dans des situations de crise », explique Lode Godderis, professeur en médecine du travail et directeur général d’IDEWE. « La pandémie et les mesures qui en découlent ont créé une situation perçue comme stressante tant pour le personnel soignant que pour les patients ou les visiteurs d’une organisation de soins. »

Suivi

Nos recherches montrent que les travailleurs qui sont confrontés à des agressions obtiennent systématiquement de moins bons résultats sur divers indicateurs de bien-être et de mal-être au travail par rapport aux travailleurs qui n’y ont pas été confrontés. Par exemple, nous constatons que le risque de burn-out est 10 % plus élevé chez les travailleurs qui ont subi une agression.

« Un bon suivi est essentiel pour que les personnes impliquées se sentent à nouveau en sécurité au travail », déclare Hilde De Man, responsable de la discipline aspects psychosociaux chez IDEWE. « Pour avoir une meilleure idée de la situation, il est important que toute personne confrontée à une agression verbale ou physique le signale. Aujourd’hui, ce n’est pas toujours le cas, surtout pour les personnes qui sont en service depuis un certain temps. Les chiffres ne montrent donc probablement que la partie émergée de l’iceberg. Cela est souvent dû à l’accoutumance, au fait que l’on ne sait pas très bien ce qui arrive aux signalements par la suite ou ce qui doit ou peut être décrit comme une agression. Ensemble, en équipe ou en tant qu’organisation, définir cette limite et sensibiliser les travailleurs à la nécessité de signaler les agressions peuvent aider à mieux cerner le problème. Sur cette base, un suivi rigoureux et une politique plus durable sont possibles. Notre plateforme BuddyBoard est un outil qui peut y contribuer. »

BuddyBoard

BuddyBoard est une plateforme numérique sur laquelle les soignants peuvent signaler des agressions via leur PC ou leur smartphone et indiquer immédiatement l’impact de l’incident sur eux. Ils ont également la possibilité d’indiquer avec quel collègue ils souhaitent en parler. Ce « buddy » leur apportera un soutien pratique et émotionnel après l’incident. Plus l’impact de l’incident est important, plus le suivi est intensif. Le système soutient les différents acteurs impliqués et garantit également un suivi à plus long terme. En indiquant eux-mêmes l’impact et en choisissant leur « buddy », les travailleurs prennent le contrôle de leur trajet de suivi. En outre, les conclusions tirées des incidents signalés peuvent alimenter la politique en matière d’agression.

« Le suivi assuré par ses propres collègues est un aspect important de BuddyBoard », explique Bianca Kints, segment manager Soins d’IDEWE. « La philosophie de BuddyBoard est que chacun peut prêter une oreille attentive à ses collègues au sein de l’équipe. Il est souvent plus facile de se confier à un collègue que de s’adresser directement à un supérieur hiérarchique, à la personne de confiance ou au conseiller en prévention aspects psychosociaux. Le fait de savoir que votre signalement donnera lieu à un trajet de suivi peut également vous motiver à signaler l’incident correctement. Investir en tant qu’organisation dans un réseau de ‘collègues de soins’ est également utile pour détecter les signes de stress dans d’autres situations. »

Soutien pour renforcer la capacité de travail

  • Trajets Reload ou Reconnect pour maintenir les travailleurs en difficulté à bord ou pour les accompagner lors de leur retour au travail.
  • Supervision des supérieurs hiérarchiques – se reconnecter avec l’équipe afin de rechercher un lien entre eux en tant qu’équipe en utilisant diverses méthodes sur la manière dont vous, en tant que supérieur hiérarchique, pouvez travailler sur le sentiment d’appartenance.
  • Formation « Comment faire face aux comportements agressifs dans la pratique » destinée aux collaborateurs
  • Formation « Comment faire face aux comportements agressifs dans la pratique » destinée aux supérieurs hiérarchiques
  • Élaborer une politique de prévention des agressions
  • Comment faire face aux événements traumatisants au travail
  • StressBalancer
  • Formation de base pour personne de confiance
     

    Ces formations vous intéressent ? Prenez contact avec votre bureau régional IDEWE.

Lisez l'article paru (en néerlandais) dans le DS Weekblad du 29 janvier - (Derrière le mur payant) - Het welzijn van de zorg - Eerst applaus, nu klappen voor de zorg

Ne manquez aucune information, abonnez-vous au bulletin d’information d’IDEWE

 

Des explications par des experts autonomes, dans un langage clair

Les dernières évolutions dans le domaine de bien-être et de la prévention

Toutes les modifications de la législation